Les manifestants arrêtés lors de la marche des étudiants (photo en dessus de Zoheir Aberkane, journaliste à « Reporters »), hier, mardi 8 octobre, à Alger, ont été mis « sous contrôle judiciaire » par le juge d’instruction du tribunal de Bainem (Alger), indique, sur sa page facebook, le CNLD (Comité National pour la Libération des Détenus). La même source que les chefs d’inculpation retenus contre eux sont : « Attroupement non armé, désobéissance, et atteinte à l’ordre public« .

Sur le post publié, le CNLD a donné six noms: « L’étudiant de l’USTHB Fouad Bachene, Slimane Hamitouche, Amar Rokeiba, Noureddine Khimour, Lyes Rachid, et Ali Mechoud. »

La décision du juge d’instruction du tribunal de Bainem (Alger) qui a « soulagé », les prévenus et leurs familles qui craignaient un placement sous mandat de dépôt, se félicite Salah Abdarrahmane, membre du collectif de défense. Ce dernier indique que l’enjeu est « l’indépendance de l’appareil judiciaire  qui est synonyme de liberté et d’espoir au peuple algérien ».

Lire les articles de « Reporters » en cliquant Ici et