Le Conseil consultatif du Mouvement Ennahdha s’est tenu, hier, au siège du parti à Alger afin de trancher sur la position de cette formation politique à l’égard de la participation à l’élection présidentielle du 12 décembre prochain. Une forte tendance à la participation prévalait hier lors des travaux de cette structure considérée comme la plus haute du parti. Lors du début des travaux, le secrétaire général du parti Yazid Benaïcha a attiré l’attention des membres du Conseil consultatif sur « l’importance de considérer la question des élections avec sagesse » d’autant que le parti reste convaincu que c’est « un moyen et un mécanisme pour concrétiser la volonté populaire ». Le SG du parti notera à cet effet que ces élections « requièrent un climat minimal qui encourage son déroulement, sauf que nous sommes face à une réalité imposée», « une situation qui exige un engagement de notre part dans l’intérêt général », dira-t-il. « L’Algérie est aujourd’hui face à un test politique historique pour réaliser la relance et imposer le divorce avec toutes les pratiques de la fraude », ajoutera-t-il lors de l’allocution d’ouverture. Concernant la position sur présidentielle de décembre prochain, une source bien informée au sein du conseil nous dira que « la tendance générale est en faveur de la participation. Le débat va surtout se centrer sur la formule de cette participation. Il se trouve que certains préfèrent la candidature du SG afin notamment de tester la crédibilité du parti au sein de l’opinion publique, d’autres estiment que l’actuelle situation de crise exige d’opter pour des coalitions et le choix d’un candidat consensuel. D’autant que la situation que nous vivons est transitoire et nécessite des réformes ». Des membres prévoyaient finaliser la position du parti à l’égard de la présidentielle. Durant la matinée, les membres du conseil consultatif ont procédé également à la mise en place des commissions du parti, à savoir la commission juridique, la commission de l’économie et celle des perspectives. <