Lors du troisième jour de sa visite dans la 2e Région militaire à Oran, le général de Corps d’armée Ahmed Gaïd Salah a affirmé avoir donné « des instructions aux commandants de région et des Forces ainsi qu’aux différents services de sécurité pour prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour sécuriser le processus électoral à travers tout le territoire national, afin que notre peuple puisse s’acquitter de son devoir électoral dans des conditions empreintes de sécurité et de sérénité ».

L’importance du scrutin du 12 décembre est évoquée particulièrement. « Nous considérons que la prochaine élection présidentielle revêt une importance majeure, dont la préparation sur les plans matériel et moral est exécutée de manière sérieuse, en ce sens qu’elle constitue une des étapes importantes que le peuple algérien franchira avec détermination et résolution», dira Gaïd Salah à ce propos. Le chef d’état-major a désigné le rôle «des parties étrangères hostiles qui complotent contre l’Algérie et qui tentent de s’immiscer dans ses affaires internes avec une complicité flagrante de la bande, à l’intérieur, que nous mettons en garde de jouer avec le feu. Ce sont des tentatives désespérées qui ont essentiellement pour but de porter atteinte à la stabilité et à la sécurité de l’Algérie et de son peuple ». Le premier responsable de l’Armée rappellera que le peuple algérien « a su, depuis le début de la crise, mettre à nu ces manœuvres sournoises et s’est exprimé, à travers ses marches pacifiques, dont le civisme a été salué par le monde entier, son refus catégorique de toute ingérence étrangère dans les affaires internes de son pays. Il n’accepte de recevoir aucune leçon de quelque partie que ce soit, car il est souverain dans ses décisions ». Les ingérences étrangères sont dénoncées avec virulence. « Ce qui se passe en Algérie est une affaire interne qui concerne les seuls Algériens et que le peuple, aligné aux côtés de son Armée, saura comment faire face à ces manœuvres qui seront vouées à l’échec », ajoutera-t-il. Gaïd Salah rappellera à cet effet que le peuple «refuse catégoriquement toute ingérence flagrante dans les affaires du pays par une quelconque partie. Comme je tiens à dire à ces outranciers de se soucier de leurs affaires et des problèmes de leurs pays, l’Algérie saura comment triompher et sortir de sa crise ».

« Des intrus et des étrangers au peuple algérien »
Il affirme ne pas laisser l’Algérie « en proie aux instigations et aux complots d’un petit groupe de personnes, plein de rancœur envers l’Algérie, qui planifie de perturber la fête de l’élection présidentielle ». Gaïd Salah promet une réponse adéquate à ces « menaces ». « Nous n’hésiterons guère à faire face à ce groupe avec rigueur et fermeté. … Nous ne laisserons aucune occasion à la bande et ses relais d’entraver cette fête électorale prometteuse et cruciale dans l’histoire de l’Algérie et nous concrétiserons ces paroles concrètement sur le terrain », soulignera le chef d’état-major. « Nous ne laisserons jamais ces traîtres, en compagnie de leur maîtres, piller les richesses nationales diverses. Nous ne laisserons jamais ces corrompus sévir et ravager la terre des chouhada. Nous ne permettrons à personne de jouer avec la destinée du pays et l’avenir du peuple algérien», avertira Gaïd Salah. « Il est clair aujourd’hui que cette bande, et tous ceux qui gravitent autour d’elle et se soumettent à ses ordres, sont des intrus et des étrangers au peuple algérien. Celui qui ne sert pas l’intérêt de la patrie dans son sens réel est un intrus, voire un ennemi de la patrie. En effet, ce groupe n’a pas le droit de réfléchir, car les parties occultes, qui se tiennent derrière lui, sont le cerveau qui réfléchit à leur place et leur ordonne d’exécuter », ajoutera-t-il. Gaïd Salah dit être en possession d’informations confirmant ces accusations. « Nos paroles ne sont pas infondées, nous disposons de données qui confirment l’implication de ces traîtres et nous entreprendrons sans nul doute toutes les mesures nécessaires contre ce groupe en temps opportun et au nom de la loi. Aucune tolérance n’est permise envers ce groupe qui s’est habitué à imposer sa volonté inique sur la majorité. Cette ère d’iniquité est révolue à tout jamais », ajoutera-t-il. Pour le chef d’état-major « quiconque tenterait d’entraver ce processus nuira à sa propre personne », ajoutera-t-il. « Celui qui veut mesurer sa vraie valeur se porte candidat, sinon tout le reste n’est qu’ineptie et sans aucune valeur», conclura Gaïd Salah.