C’est officiel, le Rassemblement national démocratique (RND), a retiré, hier les formulaires de candidature pour la prochaine présidentielle au nom du secrétaire général par intérim du parti en l’occurrence Azzedine Mihoubi.

Et ce sont des membres du bureau national qui ont effectué la démarche et non pas le successeur d’Ahmed Ouyahia à ce poste. Avec le retrait des formulaires, le parti se met plus que jamais dans le vif de la présidentielle, une échéance dans laquelle il avait la tradition de porter son soutien au quatre candidatures précédentes de Bouteflika : «Ce n’est pas Mihoubi qui a retiré les formulaires mais bien des membres de la direction car il n’est pas encore officiellement candidat à la présidentielle» a affirmé un membre de la direction du parti, selon lequel, c’est ce vendredi, le 4 octobre, lors d’une session ordinaire du conseil national qu’il sera question de la proclamation officielle de la candidature de Mihoubi. Ce qui constituera, sans l’ombre d’un doute, une première dans les annales du parti. Le choix porté sur la personne de Mihoubi plus tôt que sur un autre cadre du parti s’explique par le fait que l’ex-député de M’sila bénéficie d’un large consensus au sein du conseil national, s’accordent à dire des voix du RND : «sa candidature a émergé, sans coup férir. Nous avons engagé un débat interne et les militants ont opté en sa faveur naturellement compte tenu du fait qu’il exerce un véritable leadership au sein du parti en plus du fait qu’il fait l’objet d’un consensus total auprès des militants et des instances du parti» explique à ce propos notre source. Aussi et à la question de savoir pourquoi le RND a opté pour une candidature interne plutôt que de soutenir le candidat du pouvoir, notre interlocuteur fait observer que «nous avons décidé de présenter notre candidat car nous ambitionnons de prendre notre autonomie la plus totale, en rompant totalement avec le rôle de comité de soutien que nous avons joué jusque-là et ce pendant plus de 20 ans».
L’autre argument expliquant la candidature propre du RND se décline à travers le fait que « nous n’avons plus aucune attache avec le FLN dans le cadre d’une quelconque alliance, ce qui nous qualifie d’autant à avoir une candidature interne» argue encore le membre du bureau national précisant que «nous avons l’ambition de gagner cette élection pour nous même et par nous-même et en faveur du peuple algérien». Questionné sur la date de début de la récolte des signatures en faveur de Mihoubi, notre interlocuteur avance qu’elle «commencera vendredi, tout de suite après l’annonce de la candidature officielle du SG à la présidence de la République». A ce propos, il est expliqué que l’opération de collecte des signatures «sera une simple formalité pour le RND». Et pour cause : «nous sommes structurés dans 1541 communes, ce qui facilitera grandement l’opération». Par ailleurs et parallèlement à la récolte de signature, le RND se compte engranger d’autres soutiens autres que ceux du parti en faveur de Mihoubi : «nous avons décidé de solliciter le soutien des partis qui n’ont pas présenté de candidat » soutien notre interlocuteur, mais sans pour autant avancer de détails sur les partis pouvant prêter main forte au candidat du parti.
Autrement dit le RND souhaite ratisser large en vue de se donner le maximum de chance pour réussir la campagne électorale de son candidat. Mais en attendant que le RND se mette en branle pour le rendez-vous du 12 décembre prochain, il doit avant tout tenir, le 4 octobre prochain la réunion du Conseil national du parti, instance souveraine entre deux congrès pour annoncer officiellement la candidature de Mihoubi.