Nouvelle émission axée sur l’histoire et l’évolution des approches privilèges par les générations successives qui ont fait vivre le théâtre algérien  et que les téléspectateurs devraient voir intégrés à la grille des programmes de la Télévision nationale (ENTV) dès la « semaine prochaine ». « Masrahouna », créée à l’initiative du spécialiste du théâtre Mohamed Boukerras, a débuté son tournage lundi dernier à Alger au niveau du Théâtre national Mohamed-Bachtarzi.
Une première étape, en vue de réaliser les huit premiers épisodes d’une Saison une, qui devrait en compter une trentaine. Le réalisateur Samir Aït Amara nous précise en ce sens,  hier matin en marge d’un tournage, que deux émissions étaient chaque jour réalisées, en invitant notamment des membres de troupes de théâtre « amateur ou professionnel de la région centre », de Boumerdès, Alger, Koléa ou encore Blida et Médéa. Nous précisant également que l’équipe de tournage se déplacerait par la suite dans les différentes régions du pays. Le concepteur de l’émission, Mohamed Boukerras souligne, à propos du concept de « Masrahouna », qu’il s’agira à chaque épisode de revenir sur une œuvre précise au travers d’une présentation au public d’une archive issue du fonds de l’ENTV. « Le but est de débattre du théâtre algérien (…) Chaque émission est construite sur trois volets, la présentation d’une pièce, suivie d’un débat thématique puis d’une interprétation ‘actuelle’ de l’œuvre par une troupe de la nouvelle génération. » Construit ainsi sur un concept destiné à mettre en lumière et d’évaluer l’évolution du quatrième art, en se penchant plus particulièrement cette année sur le « théâtre comique et humoristique », Mohamed Boukerras précise ainsi que «  nous mettrons en avant les interprétations de la nouvelle gradation du théâtre. Cela donnera une « sorte de comparaison », entre le théâtre d’hier et ce qui se fait actuellement ».   Il ajoute que les débats, d’environ vingt minutes, animés par des metteurs en scène, critiques, universitaires ou auteurs de théâtre, seraient à chaque fois le « prétexte » d’une analyse de la situation du théâtre algérien. « Chaque émission traitera d’une thématique particulière, la première a, par exemple, été « Molière dans le théâtre algérien » (…) et, bien sûr, cela est aussi un prétexte pour parler de l’approche choisie à chaque époque, mais aussi des raisons de ce choix, des causes de son évolution, qu’elles soient sociales culturelles ou autres ». Une émission qui nous est par ailleurs présenté comme un moyen de faire connaître tout un pan de « l’histoire de la culture algérienne et l’occasion de rendre hommage  à des personnalités du théâtre qui nous ont quittées (…) Des comédiens que beaucoup ne connaissent que de nom, et nous espérons en ce sens que leur travail sera mieux connu ».
Chaque émission, de 52 minutes, devant aussi comporter une partie destinée aux « actualités » du théâtre. Une expression artistique qui sera également au centre d’une « autre » série d’émissions que devrait « prochainement » lancer la chaîne « Canal Algérie », nous a-t-on annoncé.