Le taux d’affiliation des agriculteurs de Aïn Defla à la Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (Casnos) a connu une «légère» évolution en 2019 par rapport à 2018 se situant autour de 20 %, a indiqué jeudi le directeur de l’antenne locale de cet organisme, qualifiant d’»insuffisante» cette évolution.
«Une évolution de 5 % a été enregistrée en 2019 en termes d’affiliation des agriculteurs à la caisse par rapport à 2018, mais cela reste insuffisant», a estimé Messaoudi Amar lors d’une conférence de presse tenue en marge de la campagne de sensibilisation visant l’incitation des agriculteurs mais aussi des artisans et des commerçants à l’adhésion à la Casnos.
Il a expliqué, dans ce cadre, que sur les 23 000 agriculteurs inscrits à la chambre d’agriculture de Aïn Defla, 4 600 seulement sont affiliés à la Casnos, estimant «vitale» la poursuite des efforts de sensibilisation à l’adresse de personnes exerçant dans ce segment d’activité.
«Il y a une certaine réticence en dépit de l’allègement des procédures et des avantages octroyés par la caisse», a-t-il observé, déplorant une absence «criarde» de la culture se rapportant à la protection sociale.
«Comment un agriculteur peut-il empêché sa progéniture et ses ayant droits de bénéficier d’une couverture sociale sachant que les vicissitudes de la vie peuvent à tout moment se manifester ?», s’est-t-il interrogé, qualifiant l’agriculture à Aïn Defla de «secteur névralgique dont l’importance n’échappe à personne».
Messaoudi Amar a, toutefois, soutenu que d’ici à la fin de l’année en cours, le nombre d’agriculteurs adhérents à la Casnos devrait connaître un bon «significatif», étayant ces dires par les facilités de l’octroi de la carte d’agriculteur que compte accorder la chambre d’Agriculture de Aïn Defla.
Il a, en outre, mis en exergue le travail accompli par les équipes itinérantes en vue d’expliquer aux commerçants, artisans et agriculteurs des régions reculées de la wilaya l’importance de se doter d’une couverture sociale et, partant, bénéficier de la carte Chiffa.
M. Messaoudi a, par ailleurs, qualifié de «bonne» la santé financière de la caisse, faisant état d’un objectif consistant à se lancer dans l’épargne pour, a-t-il expliqué, «fidéliser nos adhérents». n