L’hécatombe continue sur les routes et en mer dans la wilaya de Tipasa. Il a été enregistré, ce mardi, sur la voie express, le décès de deux personnes suite à une collision et deux noyés en mer dans la région du Chenoua au début de la semaine.
Les agents de la Protection civile ont eu fort à faire, durant toute la saison estivale, en intervenant partout pour venir en aide à des personnes accidentées. Leurs équipes continuent à être mobilisées comme cela a été le cas en début de semaine où elles sont intervenues pour tenter de sauver deux jeunes qui se sont aventurés à aller se baigner dans la zone dite Louchet El Djir, une zone rocheuse, non surveillée par les maîtres-nageurs, qui sont intervenus suite à un appel de jeunes qui ont vu leurs camarades en difficulté. La mer, démontée ce jour-là, a été plus forte puisque les courants ont malmenés les deux jeunes dont les corps ont été repêchés, sans vie hélas. Le bilan des décès en mer a été très élevé par rapport aux autres années. Treize noyés, que ce soit sur les plages surveillées ou en zones rocheuses non couvertes par la Protection civile mais qui sont très prisées par les jeunes.
La voie express, elle aussi, a fait son lot de victimes malgré les barrages de la Gendarmerie nationale qui sont très dissuasifs puisque les retraits de permis sont légion dans la wilaya et les automobilistes n’ont qu’à bien se tenir. Beaucoup ont eu à le vérifier à leurs frais.
Mardi, la collision, sur la voie express entre Nador et Cherchell, entre un véhicule léger et un camion a été fatale, les deux passagers de la voiture, le conducteur âgé de 41 ans et une femme de 61 ans, sont morts sur le coup.