Que ce soit sur les routes ou les plages, les Algériens meurent de la façon la plus «absurde». Les chiffres sont effrayants. Depuis le 1er juin, 823 personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la route ou par noyade, selon le dernier bilan de la Direction générale de la Protection civile. En dépit des campagnes de sensibilisation et les dispositifs de prévention mis en place par les autorités concernées, notamment en cette saison estivale, les accidents de la route et les noyades continuent quotidiennement à endeuiller les familles dans plusieurs wilayas.
Le lieutenant Zohir Benamzal, chargé de l’information de la Protection civile, décortique ce constat au cas par cas. Les accidents de la route arrivent, malheureusement, en tête. En effet, du 1er juin au 14 septembre dernier, 618 personnes ont trouvé la mort et 27 052 ont été blessées dans le nombre total de 22 012 accidents, selon le lieutenant Benamzal, soulignant que «le nombre d’interventions liées aux accidents de la circulation s’élève à plus de 39 447».
Plus explicite, l’officier dira que «la semaine la plus meurtrière était entre le 23 et le 29 juin dernier, où la Protection civile a recensé 58 décès et 1 984 blessés.
Par ailleurs, à l’origine de tous ces accidents, les services de la Protection civile évoquent en premier lieu l’excès de vitesse et le non-respect du code de la route en second. On cite également la fatigue qui provoque la baisse de vigilance des conducteurs. Mais la qualité des routes (nationales et autoroutes) est loin d’être un élément positif dans la lutte contre ce fléau. Plusieurs accidents ont eu lieu à cause de l’absence de signalisation de travaux.
La tragédie
des noyades
L’autre bilan macabre de la Protection civile concerne les noyades. En effet, depuis début juin et jusqu’au 17 septembre, la direction générale de la Protection civile a recensé pas moins de 205 décès en mer, barrages et retenues d’eau.
Dans le détail, 129 personnes ont trouvé la mort par noyade dans les plages de 14 wilayas côtières, 43 individus ont péri dans des plages surveillées, dont 18 en dehors des horaires de surveillance, alors que 95 autres individus sont décédés au niveau de plages interdites à la baignade, donc sans surveillance. Dans le même contexte, 68 648 interventions ont été effectuées durant la période, ayant permis de sauver plus de 46 937 personnes de la noyade.
Aussi une attention particulière doit être accordée aux noyades dans les plans d’eau, barrages, oueds, lacs, mares, retenues collinaires, piscines et bassins, où la Protection civile a enregistré 76 décès. 13 cas de noyade ont été enregistrés dans des barrages, 8 dans des oueds, 25 dans des mares, 20 dans des retenues collinaires,
2 dans les lacs et 8 dans des bassins et piscines.n