Les ingénieurs agricoles, venus presque de toutes les wilayas, organisent depuis jeudi leur université d’été. C’est la première du genre qui rassemblera pendant trois jours une centaine de participants professionnels dans les activités agricoles parmi lesquels de jeunes sortant de grandes écoles qui aspirent à gérer eux-mêmes leurs unités.

Ses assises se sont tenues à l’université Chadli-Bendjedid, ouvertes par le ministre de l’Agriculture, en présence des participants, des représentants internationaux tels que le FAO, l’Organisation arabe de développement agricole, de grandes entreprises chargées de l’investissement et de plusieurs convives. Le ministre était accompagné d’une importante délégation ainsi que des autorités civiles et militaires. Dans son allocution d’ouverture, le ministre a insisté sur la nécessité de poursuivre et de redoubler les efforts dans le souci de parvenir à l’autosuffisance de divers produits agricoles, notamment les céréales, afin de pouvoir offrir les conditions appropriées en coordination avec tous les acteurs clés et d’accroître les capacités et le contrôle des technologies modernes dans les filières techniques pour produire les cultures stratégiques les plus importantes. Ensuite, il s’est rendu dans la commune de Bougous daïra d’El Tarf, où Cherif Omari a inspecté tous les ateliers que les responsables ont mis en place pour une exploitation rationnelle des richesses forestières, notamment le liège, dont la production a dépassé toutes les prévisions. A l’ouest du chef-lieu de wilaya, le ministre s’est enquis de l’unité de conversion de tomate industrielle implantée au niveau de la commune de Besbes, qui jouit d’une valeur ajoutée pour l’économie nationale. Des institutions étatiques et des associations versées dans ce créneau participent à cette université d’été où un large programme varié a été concocté par les organisateurs. Les participants seront scindés en plusieurs ateliers de travail. Notons qu’un intérêt tout à fait particulier est accordé aux forêts de la wilaya qui couvrent les 72% de sa superficie globale. Il est à rappeler que depuis la création de l’Association des ingénieurs agricoles, en 1995, c’est la première université qui a permis beaucoup d’échanges de points de vue pour la promotion des services agricoles. Les participants ont assisté à plusieurs exposés sur la pratique agricole et les techniques à mettre en œuvre pour la protection du sol, des réserves forestières et l’amélioration des rendements sans usage de fertilisants nuisibles. Par ailleurs, les intervenants ont axé leurs travaux sur le tourisme balnéaire et le tourisme de campagne. Plusieurs wilayas conviennent à ce genre de tourisme du fait qu’elles disposent de sites paradisiaques, mais, jusqu’à ce jour, ils sont en jachère et peu exploités par les gestionnaires qui n’ont pas encore une culture touristique. Les intervenants ont exhorté les responsables présents à se pencher sérieusement sur l’exploitation rationnelle de toutes les potentialités aussi nombreuses soient-elles dans le créneau forestier. Ils ont insisté sur les encouragements des jeunes ingénieurs pour fructifier toutes les richesses naturelles sans les abimer. La wilaya d’El Tarf, gâtée par Dame Nature, est suffisamment arrosée avec 1 200 mm d’eau par an, et avec peu de moyens, elle peut créer des miracles. L’Etat l’a renforcée de trois barrages opérationnels et un quatrième en voie de réalisation depuis 2017. Il est navrant de dire que les nappes phréatiques ainsi que les ressources en eau ne sont pas judicieusement exploitées par leur direction. La wilaya se caractérise par plusieurs fuites d’eau et son ruissellement vers la mer. Les intervenants, spécialistes dans divers domaines agricoles, ont évoqué aussi la formation pour une meilleure création d’entreprises et les techniques pour une gestion rationnelle.