Une trentaine de personnes en colère ont procédé, hier matin, à la fermeture de l’entrée de la ville de Hassi Messaoud dans les deux sens. Ils se sont servis de troncs de palmiers, de bacs à ordures et un camion-citerne pour bloquer la circulation. Cette protestation intervient après la décision prise lors de la visite du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville à la wilaya de Ouargla les 18 et 19 août dernier de transférer les 2000 logements sociaux construits dans la commune de Aïn Beïda et dédiés aux habitants de Hassi Messaoud à la wilaya de Ouargla et répartis sur d’autres communes. Une décision qui a mis en colère les habitants de Hassi Messaoud qui disent n’avoir bénéficié d’aucun logement depuis plus de 20 ans notamment depuis la décision du gel de la ville.
Alors que le ministre et lors de la même visite avait annoncé l’attribution d’un nouveau quota supplémentaire de 2500 unités dont 1500 logements publics aidés (LPA) et 1000 logements publiques locatifs (LPL) en faveur du projet de la nouvelle ville de Hassi Messaoud. Malgré cela, les habitants se disent las d’attendre et ont décidé de sortir dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol.
La ville de Hassi Messaoud, qui compte le plus grand budget national, a été mise en pause depuis 2004. Toute construction est suspendue dans cette ville depuis décembre 2004 par une décision gouvernementale. Aucun projet de logements ni d’équipements n’a été réalisé depuis. n