L’Instance nationale de médiation et de dialogue poursuit son cycle de rencontres avec des jeunes du mouvement populaire, des représentants d’associations et d’organisations de la société civile, des acteurs politiques et personnalités nationales afin de récolter leurs propositions pour une sortie de crise. Dans ce contexte, l’Instance devra entamer, dès aujourd’hui, les consultations avec les partis politiques. La liste des partis à consulter ainsi que le programme des rencontres ont été finalisés hier en fin après-midi par le panel, selon une source proche de l’Instance que coordonne l’ancien président de l’APN Karim Younès.

Le premier chef de parti politique que l’Instance de médiation rencontrera est Abdelaziz Belaïd, président du Front El Moustaqbal. Rendez-vous est pris avec lui pour aujourd’hui, tandis que le deuxième est l’ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, président de Talai El Houriyet, qui devra rencontrer les membres du panel demain, a-t-on appris auprès de la même source.
«On entame les consultations avec les partis politiques mardi après-midi. On écoutera leurs propositions de sortie de crise, leur vision d’avenir, pour mener le bateau Algérie à bon port… Et le bon port pour le bateau Algérie, c’est l’élection présidentielle qui évite au pays le vide institutionnel et constitutionnel», qualifié à maintes reprises comme étant «une aventure coûteuse et risquée» pour le pays, nous a-t-on déclaré.
Par ailleurs, le prochain rendez-vous avec des représentants d’organisations et d’associations de la société civile est programmé pour demain, a-t-on encore appris. Dans ce sens, et dans le but de gagner du temps, le panel a décidé de regrouper des représentants de cinq, six ou sept wilayas et de les inviter ensuite ensemble à Alger, en attendant que ce soit les membres du panel qui effectuent le déplacement à la rencontre des populations de l’Algérie profonde. «Nos déplacements dans certaines wilayas répondent au souci de rationalisation du temps. Un temps que nous ne voulons plus nous permettre de perdre afin de bien préparer la conférence nationale» prévue d’être tenue avant la fin de l’année en cours, a expliqué la même source.
D’autres raisons aussi motivent cette décision : «Beaucoup de jeunes du Hirak qui nous appellent nous font part de la difficulté de se déplacer à Alger pour rencontrer les membres du panel. On s’est dit que pour pouvoir écouter le maximum de nos jeunes, c’est à nous d’aller les voir. C’est donc également pour cela que le panel a pris la décision d’aller à leur rencontre, à la rencontre du maximum de la société algérienne», a-t-on affirmé, avant de préciser que la commission en charge de la société civile au sein de l’Instance de médiation est en train de mettre en place un programme des visites du panel dans les wilayas et l’Algérie profonde.

Les visites du panel dans les wilayas dès la semaine prochaine
«Même les jeunes qui se sont déplacés ici à Alger nous ont demandé d’aller chez eux et de discuter avec d’autres gens de leurs régions respectives, puisque tout le monde ne peut pas effectuer le voyage. Nous devons aussi écouter l’Algérie profonde qui veut, elle aussi, s’exprimer et émettre ses propositions pour que le pays dépasse la crise qui n’a que trop duré. D’ailleurs, au niveau du panel, l’idée de se déplacer dans différentes wilayas du pays, notamment celles qui sont très loin, faisait déjà son bonhomme de chemin avant qu’elle soit exprimée par bon nombres de gens du Hirak qui étaient venus et que nous avions reçus au niveau du siège de l’Instance. On s’était dit qu’il ne fallait pas se concentrer uniquement sur la capitale, mais voir également l’Algérie profonde, ce qu’elle veut, ce qu’elle propose», a-t-on expliqué, ajoutant que «normalement, les visites aux différentes wilayas devraient être entamées la semaine prochaine».
A propos des rencontres qui se sont tenues avant-hier, l’Instance de médiation a fait savoir qu’elle a eu des discussions avec des représentants d’organisations nationales pour écouter leurs propositions de sortie de crise. «Dans le cadre de la poursuite de la série de rencontres avec les acteurs politiques et la société civile, l’Instance nationale de dialogue et de médiation, sous la présidence de Karim Younès, a rencontré, dimanche 18 août, en niveau de son siège, les représentants de plusieurs organisations algériennes à la demande de celles-ci», selon un communiqué de l’Instance. Il s’agit de «Djamaâ Daâwa oua Tabligh, de l’Organisation nationale des gardes communaux, du Courant populaire de l’Algérie unifiée (parti en cours de création) et de l’Organisation nationale pour la consécration de la paix et de la citoyenneté», est-il précisé. Les membres de l’Instance ont écouté les propositions de ces organisations pour sortir de la crise que traverse le pays, de même que les représentants de ces organisations ont salué la démarche de dialogue et affirmé qu’ils étaient pleinement disposés à contribuer avec l’Instance à la réalisation des objectifs escomptés, est-il noté dans le communiqué.