L’Instance de médiation et de dialogue, présidée Karim Younès, a animé ce jeudi une première conférence de presse au siège du Forum civil pour le changement. En plus de l’ex-président de l’APN, le panel était représentée, entre autres, par la constitutionnaliste Fatiha Benabou, l’écrivain Ammar Belhimer ou encore la journaliste Hada Hazam.

L’Instance de dialogue a rappelé sa demande d’une élection présidentielle « dans les meilleurs délais », tout en précisant que le prochain président de la République aura un « mandat de transition » durant lequel il se chargera de mener les réformes constitutionnelles attendues par le mouvement populaire.

Lire également l’article de « Reporters » en cliquant ICI

Lors de cette rencontre avec la presse Karim Younes a indiqué que le manifestant arrêté à Annaba pour port du drapeau amazigh lors des manifestations populaires « a été libéré », ajoutant que le concerné « passera l’Aïd el-Adha avec sa famille en attendant la libération des autres personnes détenues pour la même raison« . Il a, dans ce contexte, précisé que l’Instance avait demandé au chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, d’entreprendre des mesures d’apaisement en procédant à un changement de gouvernement. « Actuellement, la principale revendication de l’Instance pour l’amorce du processus de médiation est la libération des détenus, l’arrêt de la violence exercée sur les manifestants, la levée des restrictions imposées aux citoyens voulant accéder à Alger tous les vendredis et l’ouverture du champ médiatique« , avait récemment affirmé le Coordonnateur de l’Instance.