La ville de Baltimore est la cible d’une attaque de grande envergure qui touche de nombreux services administratifs. Derrière, se cache un ransomware qui cible des ordinateurs mal protégés et réclame 100.000 dollars pour stopper l’attaque. Sa particularité ? Il est basé sur un outil développé par la NSA.
La ville de Baltimore aux États-Unis est actuellement aux prises avec un ransomware particulièrement coriace. L’attaque a verrouillé les systèmes clés de la ville, exigeant le paiement d’une rançon de 100.000 dollars en Bitcoin. Le virus affecte les ventes immobilières, le paiement des factures d’eau, le service e-mail de la ville, et bien d’autres services.
Si l’attaque provient d’un groupe de hackers, le virus est basé sur un outil développé par la NSA, l’Agence nationale de la sécurité américaine. Cet outil se nomme « EternalBlue » et permet d’exécuter des commandes à distance sur tous les systèmes Microsoft Windows qui ne sont pas à jour, de Windows XP à Windows 10.