La colère citoyenne est née des suites du décès d’une jeune fille, ayant chuté du quatrième étage d’un immeuble, lundi, et qui, selon les citoyens, aurait pu être sauvée si elle avait été prise en charge immédiatement par une ambulance sanitaire. La daïra de Terraï Beïnen ne dispose toujours pas d’une ambulance, une aberration, selon les citoyens.

Bardou, la plus grande agglomération de la commune et de la daïra de Teraï Beïnen, située sur les hauteurs au nord de la wilaya de Mila, une localité où sont concentrées toutes les administrations publiques, est une ville morte depuis mardi. Tous les moyens de transport de personnes et de marchandises sont à l’arrêt, les sièges de la commune et de la daïra et tous les commerces, à l’exception des pharmacies et des boulangeries, sont fermés. Les voies qui mènent à Beïnen à partir du pont d’Oued El Kébir (commune de Amira Arrès) sont bloquées. Personne n’y entre ni n’en sort, une situation qui perdure. Les habitants de cette localité réclament la présence du wali qui, à l’heure où nous mettions sous presse, n’a pas encore répondu à leur sollicitation. Les citoyens réclament sa présence et ne veulent pas soumettre leurs revendications à ses subordonnés. Sa présence sur le terrain est, pour les citoyens, un gage d’intéressement à leurs revendications mais aussi l’espoir de voir le premier magistrat de la wilaya prendre des décisions qui iront dans le sens de l’amélioration de leurs conditions de vie. Les citoyens invitent le wali à venir sur place constater de visu l’état des lieux et prendre conscience de ce que les populations de cette daïra endurent depuis de longues années. La colère citoyenne est née des suites du décès d’une jeune fille, ayant chuté du quatrième étage d’un immeuble, lundi, et qui, selon les citoyens, aurait pu être sauvée si elle avait été prise en charge immédiatement par une ambulance sanitaire. La daïra de Terraï Beïnen ne dispose toujours pas d’une ambulance, une aberration, selon les citoyens. Quand une ambulance sanitaire, l’eau, le gaz de ville, une banque, une agence Sonelgaz, une agence Actel viennent à manquer dans un chef-lieu de daïra, cela ne peut qu’engendrer des colères, preuve est ce que vit depuis ce matin Beïnen. Le wali ira-t-il à la rencontre des citoyens ? n