Le premier ministre de la RASD Mohamed Wali Akeik a procédé, samedi, à l’ouverture officielle de l’université d’été de la RASD. C’est en présence des parlementaires dont le nouveau président de l’APN Slimane Chenine, des présidents de partis politiques, des représentants de la société civile, des ambassadeurs, des organisations internationales et des autorités locales que le Premier ministre de la RASD a prononcé son discours. Rappelant le soutien du peuple algérien au peuple sahraoui dans sa lutte pour l’indépendance, il n’a pas omis d’interpeller encore une fois la communauté internationale pour protéger la population sahraouie des exactions au quotidien de l’armée marocaine. « Notre peuple subit en permanence les exactions et les violences de la junte marocaine contre nos citoyens innocents », dénonce-t-il, en évoquant les dernières violences contre les jeunes manifestants sahraouis qui sont sortis dans la rue pour exprimer leur joie à la suite de la victoire de l’Algérie en Coupe d’Afrique des nations. « Nous demandons l’ouverture d’une enquête de l’ONU sur la mort de la jeune fille Sabah Othman Hmeïda, ainsi que les dizaines de blessés,» lancera-t-il, en demandant l’intervention de la communauté internationale de protéger les droits élémentaires du peuple sahraoui, lequel est bafoué par le Makhzen. Les militaires marocains ont tiré des balles réelles sur des jeunes manifestants pacifiques qui exprimaient leur joie de voir l’Algérie remporter la Coupe d’Afrique des nations. Des centaines de cadres représentant les différentes institutions de l’Etat sahraoui prennent part à cette rencontre, qui se poursuivra jusqu’au 9 août prochain. Organisée sous le slogan « Fraternité entre les peuples algérien et sahraoui, serment et fidélité », cette 10e édition de l’université d’été du Polisario et de la RASD regroupe plus de 400 cadres dont 40 venus des territoires occupés. Les participants vont saisir cette occasion pour réaffirmer l’engagement et l’attachement du peuple sahraoui à son indépendance. Ainsi, plusieurs sujets afférents à la cause sahraouie seront débattus afin de mettre en pratique les résolutions prises par le passé et réaliser l’objectif de l’autodétermination auquel aspire et lutte depuis longtemps le peuple sahraoui contre l’occupant marocain. Les participants auront à débattre plusieurs thèmes traitant de la cause du peuple sahraoui et son évolution. Il s’agit entre autres de l’importance du renforcement des groupes de soutien au peuple sahraoui pour recouvrer son indépendance car étant la dernière colonisation en Afrique, du rôle des associations et organisations locales et régionales pour une meilleure médiatisation de la réalité du peuple sahraoui lequel est soumis aux exactions répétées du Makhzen. Le droit international et le droit des peuples, la lutte du peuple sahraoui pour son indépendance, obligation de l’Union africaine et l’ONU de régler la question du peuple sahraoui, le terrorisme, le crime organisé, la drogue et le régime marocain, la lutte pacifique du peuple sahraoui, les changements mondiaux, la formation des cadres de la RASD sont entre autres thèmes traités et débattus durant cette rencontre. La nécessité de l’intervention de la communauté internationale et de l’ONU, pour mettre fin aux violations permanentes des droits du peuple sahraoui par les soldats du roi, l’arrêt du soutien politique, logistique et médiatique de la France et de l’Espagne au régime marocain au détriment de la cause juste du peuple sahraoui qui lutte pour son indépendance, le pillage des richesses naturelles de la RASD, sont d’autres sujets évoqués par le Premier ministre lors d’un point de presse organisé en marge de la conférence. Le conférencier n’a pas écarté le recours à la lutte armée si des solutions pacifiques ne sont pas appliquées, et qui reste la dernière option pour recouvrer l’indépendance du peuple sahraoui en lutte depuis 1975. n