Le village Ikhelidjene, dans la commune de Larbâa-N’Ath-Irathen (à 25 km au sud-est de la wilaya de Tizi-Ouzou) s’apprête à abriter la quatrième édition du Festival Agoulmime, du 28 courant et s’étalera jusqu’au 2 août prochain. Un évènement typiquement culturel qui vise à promouvoir les œuvres des jeunes talents de la région dans les différentes activités, artisanales, artistiques et manuelles. Une manifestation qui est devenue au fil des années une tradition pour le comité d’organisation qui veille rigoureusement à la pérennité de ce festival, dont l’objectif est de mettre en relief le patrimoine matériel et immatériel de la Kabylie.
En effet, un riche programme a été prévu tout au long de cette manifestation. Des concours de poésie, de chant et de plats traditionnels sont programmés tout au long de ce festival, ainsi que des conférences-débats sur la promotion de la culture amazigh et la sauvegarde des traditions dans la région. Au premier jour de cette 4e édition du Festival, organisée par le Comité d’organisation en étroite collaboration avec les 4 comités des villages d’Ikhalidjen, à savoir Agoulmime, Taourirt Hala, Aït Ali et Imathoukene, il a été prévu la tenue d’un concours de poésie kabyle, suivi d’un cross sportif qui symbolise la solidarité et l’union des rangs des comités de villages d’Ikhlidjen. Ainsi, une conférence-débat sera aminée par l’historien et chercheur, Larab Mohand Ouramdane, à la Maison des jeunes du village. Il a été prévu un concours de chant pour les enfants âgés entre 6 et 15 ans. Cette activité a pour objectif d’inciter les futures générations de mettre en relief le patrimoine musical de la chanson kabyle. Au lendemain, il a été prévu l’organisation d’un concours de tamazight et de dessin au profit des enfants, a-t-on appris auprès des membres du Comité d’organisation. « Nous avons enregistré 300 participants au concours de dessin et tamazight l’année dernière et nous sommes persuadés que ce chiffre sera revu à la hausse, puisque le festival a connu un écho favorable au niveau local », dira Nabil Ada. Pour ce qui est de la compétition destinée aux femmes, cette année, il y aura le concours du meilleur plat traditionnel, celui du couscous avec des légumes à la vapeur ou bien ce qu’on appelle « tamelfoult » (tameqfult) où trois lauréates seront sélectionnées.
Pour rappel, 65 femmes ont participé à ce concours l’année précédente. « Nous comptons voir plus de participantes cette année, le festival ayant connu un engouement de la part de la population locale qui ont tenu à féliciter ce genre d’activités », selon les organisateurs.
Pour ce qui est du programme de l’avant-dernier jour de ce festival, le 1er août, il y aura une cérémonie de remise de prix aux lauréats. Quant à la soirée de clôture, elle sera marquée par la participation des jeunes artistes talentueux de la région, en l’occurrence Lounès Chelali, qui a décroché la 3e place de la plus belle voix chaâbi en expression kabyle, et Ouali Rezki, lauréat de l’éditon Alhan Wa Chabab, Amayas Salmi, Syfax Melbouci et Aziz Rezgui, qui animeront un gala artistique pour séduire leurs fans et répondre aux attentes de la population des villages Ikhelidjene. n