Le groupe Sonelgaz envisage de recourir à l’endettement extérieur pour assurer son plan de développement mais « avec la formule la plus confortable », a indiqué mercredi à Alger, son P-dg, Chahar Boulakhras. Lors d’une conférence de presse en marge de la cérémonie de célébration du 50e anniversaire de Sonelgaz, le premier responsable de l’entreprise publique, a affirmé que « l’endettement extérieur est une option envisagée qui est en cours d’être examinée afin de trouver les conditions les plus confortables et les moins contraignantes ». « Nous sommes en train d’examiner des offres intéressantes à travers trois ou quatre alternatives (…) sans garanties souveraines. Ce sont des sommes importantes qui peuvent être mises à notre disposition et vont contribuer en partie à atténuer les besoins en termes de mobilisation de ressources financières, avec des conditions très abordables qui n’engagent pas l’Etat », a-t-il expliqué. Sur les raisons qui ont conduit Sonelgaz à envisager le financement international, M. Boulakhras a expliqué que « la place financière locale ne répond plus aux besoins du groupe, vu son niveau de dépenses, aussi bien sur l’exploitation que sur le développement ». « Le recours à l’endettement extérieur devient une nécessité. Sur le plan économique, nous traversons une période difficile depuis quelques années. Nous avons besoin de financement pour assurer nos plans de développement », a-t-il précisé. Selon lui, Sonelgaz a besoin de « fonds pour entamer les projets nécessaires pour pouvoir satisfaire la demande de l’avenir et s’inscrire dans une dynamique d’anticipation, pour ne pas vivre la même situation qu’on a vécu il y a dix ans ». Toutefois, l’endettement extérieur ne serait qu' »une formule complémentaire » à côté du fonds propres du groupe, le financement local y compris du Fonds national d’investissement (FNI), ainsi que la contribution financière de l’Etat.