C’est en présence du chef de cabinet, du P/APC de Sidi Ben Adda, du consul général d’Espagne à Oran, du conseiller économique de l’ambassade du Royaume-Uni à Alger, de la directrice de l’institut Cervantès d’Oran, du directeur général de BWC Spa, du P-DG d’AEC, du directeur général de « La Vigilante », entre autres, qu’a eu lieu, hier, l’inauguration officielle de l’espace vert de Chatt el Hillal (ex-Oued el Hallouf), dépendant administrativement de la commune de Sidi Ben Adda, dans la wilaya de Aïn Temouchent.

Les illustres hôtes de la société Beni Saf Water Compagny Spa (BWC) ont été invités à prendre connaissance de la fiche technique de la station de dessalement d’eau de mer de Beni-Saf – dont le procédé de traitement est basé sur l’osmose inverse – et du programme d’animation estivale prévu au niveau du nouveau parc de loisirs avant de visiter cet espace vert récréatif. Une ambiance bon enfant, clowns aidant, régnait au niveau du parc, situé dans un paysage bucolique. Il faut savoir que l’usine de dessalement de Beni Saf, située au niveau de la plage de Chatt el Hilal, a une capacité de production d’eau de 200 000 m3/jour (conforme aux normes de l’OMS), avec une consommation électrique de l’ordre de 4,15 kWh/m3. La station a été mise en service en mars 2010 pour un coût estimé à 240 millions de dollars avec quelque 170 employés. A noter que Beni Saf Water Compagny Spa (BWC) est une société par actions de droit algérien, détenue à 51% par l’entreprise espagnole Geida Beni Saf.sl et 49% par AEC.spa. La cérémonie protocolaire a été marquée par la remise de trophées au représentant du wali, aux jeunes sportifs (volley-ball et course) et l’animateur des associations locales, Syphax, Echourouk et Protection de l’environnement. Il faut souligner que cet évènement, qui est organisé à la faveur de la saison estivale, coïncide avec la célébration de la Journée nationale de l’enfant.
«Faire découvrir un nouvel espace récréatif, élargir la découverte de la station de dessalement de Beni-Saf, gérée par la société Beni Saf Water Compagny, au grand public et mettre en valeur la présence de BWC Spa et de ses actionnaires dans la région», tels sont les objectifs de cette initiative, selon son directeur général Mohamed Chaffi.
«C’est après un parcours du combattant de 5 ans qu’on a pu obtenir le quitus, à savoir le permis. On est vraiment très fiers. Et nous assurons le gardiennage et l’entretien. BWC reste toujours engagée dans des actions citoyennes, comme le couffin du Ramadhan (300 bénéficiaires), le don de sang, la formation au profit des étudiants de l’université… On compte exploiter un terrain vague, mitoyen au parc, pour réaliser un camp de colonie de vacances. Nous travaillons en étroite collaboration avec les associations locales ainsi que les anciens de Oued el Hallouf », a déclaré Mohamed Chaffi. Pour sa part, José Menguillon, country manager auprès de Cobra (Afrique du Sud), a tenu à souligner qu’« il s’agit d’un projet qu’on a réalisé avec notre partenaire algérien AEC. C’est un investissement pour la commune et on espère que les citoyens vont profiter de cet espace vert. Notre crédo est de transmettre l’idée de veiller au niveau écologique dans la région, loin du phénomène plastique et pour une qualité de l’eau».
Une certaine frustration se lisait sur son visage à cause à priori de l’indifférence des responsables locaux par rapport à ce projet. D’ailleurs, a-t-on appris, le chef de l’Exécutif actuel, en poste depuis 3 ans, ainsi que son prédécesseur n’ont jamais mis les pieds au niveau de la station de dessalement.
De son côté, le Consul général d’Espagne à Oran s’est dit réjoui de cette initiative. « C’est bien que les populations de la région viennent profiter de cet espace récréatif », dira-t-il, avant de transmettre ses félicitations à Madame le wali, via son chef de cabinet. Ce dernier, resté en retrait, s’est gardé de prononcer une quelconque allocution pour la circonstance.

30 millions de dinars sur les fonds propres de BWC Spa
Financé intégralement sur les fonds propres de BWC Spa, avec un budget de 30 millions de dinars, ce projet à caractère écologique et ludique est qualifié d’aménagement de qualité et présenté comme une action citoyenne (don social), au profit de la population juvénile de la wilaya ainsi qu’aux estivants ou résidents au niveau de cette plage. S’étendant sur une superficie de 7 000 m2, ce parc récréatif se décline en une placette en béton de 2 300 m2, des espaces gazonnés d’une surface totale de 1 700 m2, des allées en pavé de 1 300 m2, un parking en enrobé d’une surface de 2 000 m2, une aire de jeux pour enfants avec toboggan, balançoires, escarpolettes, pyramide…, un espace de fitness, parcours, vélo, barre parallèle, ski de fond…, une piste de jogging de 350 ml et un terrain de beach-volley. Le volet écologique n’est pas négligé puisqu’il a été procédé à la plantation de 80 arbustes, 70 lauriers, 500 plantes diverses (romarin, roses…). En outre, au titre de l’aménagement et pour protéger le site contre les aléas de la nature, il a été réalisé un mur de soutènement en pierres sèches de 300 ml. A noter l’absence de sanitaires, en raison de l’inexistence du réseau d’assainissement, si l’on en croit le responsable. En revanche, des lave-pieds sont mis à la disposition des estivants à l’entrée du parc. « Avec cette réalisation flambant neuve achevée à l’orée de la saison estivale 2019, BWC marque une fois de plus son attachement à une démarche solidaire et citoyenne au profit de nos compatriotes. Fruit d’une longue maturation et au prix de démarches répétées pour obtenir le sésame administratif pour pouvoir donner le premier coup de pioche, le petit miracle a pu enfin se réaliser : faire d’un espace nu, livré aux quatre vents, un espace structuré, libre d’accès, doté de toutes les commodités nécessaires à l’estivant de passage ou résidant sur place, sans oublier l’indispensable préoccupation écologique.
Cette initiative répond à un double souci pour l’entreprise, à savoir contribuer d’une façon indiscutable à la préservation de l’environnement par la requalification du site, d’une part, et offrir une vitrine au visiteur sur le savoir-faire technique de l’usine de dessalement d’eau de mer qui jouxte cet aménagement récréatif. En somme un «projet gagnant-gagnant», souligne-t-on auprès de la société BWC.