Au début de la compétition, ils étaient 11, et avant l’entame des huitièmes de finale il n’en reste que 6. Il s’agit des entraîneurs africains des sélections participantes à cette CAN 2019. De 34,4% dans cette phase des groupes, ils représentent maintenant 37,5%. Une légère augmentation certes, mais la domination des coachs étrangers au continent reste bien palpable.  Les six rescapés sont les suivants :

  1. Djamel Belmadi (Algérie)
  2. Aliou Cissé (Sénégal)
  3. Kwesi Appiah (Ghana)
  4. Ibrahim Kamara (Côte d’Ivoire)
  5. Florent Ibenge (RD Congo)
  6. Mohamed Magassouba (Mali)

Après les huitièmes de finale au moins un parmi eux sera absent, puisque le Mali affrontera la Côte d’Ivoire. Belmadi aura en face de lui un belge qui a d’ailleurs déjà travaillé en Algérie. Paul Put a drivé, lors de la saison 2016-2017,  l’USM Alger avec laquelle il avait atteint les demi-finales de la ligue des Champions de la CAF.

Au-delà des pays d’origine des sélectionneurs, il est à noter que les 10 coachs les mieux payés de cette CAN 2019 (lire l’enquête, publiée hier, 02 juillet, du magazine « Jeune Afrique » en cliquant ICI) ont tous atteint les huitièmes de finale. Deux africains sont parmi ce « lot »: le Ghanéen Kwesi Appiah et…Djamel Belmadi. L’entraîneur des Verts est, toujours selon la même source, le 5e coach le mieux payé (55 000 euros par mois) de cette Coupe d’Afrique des Nations. Le numéro un de ce classement est le coach de la sélection égyptienne, le mexicain Javier Aguire (p108 000 euros, soit presque le double que ce que perçoit l’Algérien).

Le classement des 10 entraîneurs les mieux pays de la CAN 2019 (salaires mensuels) :  

  1. Le Mexicain Javier Aguirre (Égypte) : 108 000 euros
  2. Le duo néerlandais Clarence Seedorf-Patrick Kluivert(Cameroun) :  96 000 euros
  3. Le Français Hervé Renard (Maroc) :80 000 euros.
  4. L’écossais Stuart Baxter (Afrique du Sud) : 62 300 euros
  5. Djamel Belmadi (Algérie) : 55 000 euros
  6. L’Allemand Gernot Rohr (Nigeria) : 49 700 euros 
  7. Le Belge Paul Put (Guinée) : 30 000 euros
  8. Le Français Alain Giresse (Tunisie) : 25 000 euros
  9. Kwesi Appiah (Ghana) : 25 000 euros
  10. Le Français Michel Dussuyer (Bénin) : 24 000 euros

En se fiant à ce tableau, Djamel Belmadi n’aura battu, depuis le début de la compétition, que des coachs moins bien payés que lui (ceux du Kenya, du Sénégal et de la Tanzanie). face à la Guinée, dimanche prochain, il affrontera un autre entraîneur au salaire moindre (7e au classement). Ce n’est qu’à partir des demi-finales que le coach des Verts pourra avoir en face de lui une sélection dont l’entraîneur est mieux payé que lui.

@SalimKoudil

9h19#CAN2019 (10): « quasiment »

résultats de la troisième et dernière journée du:

Groupe F

Ghana 2-0 Guinée Bissau

Cameroun 0-0 Bénin


Ghana (1er), Cameroun (2e) et Bénin (parmi les 4 meilleurs troisièmes) qualifiés

Groupe G

Tunisie 0-0 Mauritanie

Mali 1-0 Angola

Mali (1er) et Tunisie (2e) qualifiés

Lire également l’article sur les huitièmes de finale en cliquant ICI