C’était dans l’air depuis plusieurs semaines, maintenant les faits sont là. Les travaux de construction du nouveau stade de Tizi-Ouzou s’arrêteront dès demain, lundi. La décision a été prise par l’entreprise turque, « Mappa insaat », en charge du projet de réalisation et sous-traitant de l’ETRHB, l’entreprise réalisatrice. Nos sources indiquent que les contrats des ouvriers de la société européenne viennent d’être résiliés et ils devront quitter le chantier dans les prochaines heures. Cette décision, extrême, a été prise suite au non paiement des turcs par l’entreprise réalisatrice. L’ETRHB (dont le propriétaire n’est autre qu’Ali Haddad, ex-président du FCE et actuellement en prison) est dans l’impossibilité de respecter ses engagements avec son sous-traitant puisqu’elle n’est plus payée, et depuis plusieurs mois, par les entreprises publiques dont dépendent les commandes. L’arrêt survient alors que le taux d’avancement des travaux avoisine des 90%. 

Cette énième couac que subi ce projet que les supporteurs de la JSK attendent depuis plusieurs années survient juste un peu plus d’un mois après une visite de travail, du wali de Tizi-Ouzou, accompagné du DJS de la wilaya, au niveau du stade. Ce jour là, le 28 mai, il avait rencontré les représentants de l’entreprise réalisatrice et du bureau d’études et il avait donné des assurances concernant les paiements qui se feront le début du mois de juin.

Quelques jours après, le DJS était placé sous mandat de dépôt pour une affaire concernant les contrats obtenus par l’ex-patron du FCE. Ainsi, l’arrêt des travaux de construction du nouveau stade de Tizi-Ouzou est le résultat logique de tout ce qui se trame autour des institutions en charge de ce projet.