Le match gagné des Verts, hier soir, devant le Kenya, est la première victoire en Coupe d’Afrique des Nations, d’un entraîneur algérien, en l’occurrence Djamel Belmadi, depuis 9 ans. La dernière, c’était en Angola, en 2010, lorsque l’Algérie avait battu en quart de finale la Côte-d’Ivoire (3-2), avant detre éliminée en 1/2 par le futur vainqueur, l’Égypte. C’était l’époque de Rabah Saâdane. Depuis cette édition (4e place), l’EN participait à chaque CAN avec un entraîneur étranger, et pour des résultats décevants. En 2013 c’était Vahid Hallilhodzic (Bosnie), en 2015 c’était Christian Gourcuff (France), et en 2017 c’était Georges Leekens (Belgique).

Cette victoire devant le Kenya, c’est ainsi celle des partisans (et ils sont nombreux) d’un entraîneur local pour les sélections africaines. Les « gourous blancs » dominent toujours. Lors de la dernière éditions de la Coupe d’Afrique, en 2017, au Gabon, uniquement 4, sur les 16 équipes, avaient des entraîneurs locaux. Pour cette année, le nombre a augmenté mais les étrangers (presque tous des européens) sont toujours majoritaires. Ainsi, sur les 24 coachs de cette CAN 2019, 11 sont des locaux. Belmadi est parmi eux. Il est le seul coach local des équipes nord-africaines. La Tunisie et le Maroc ont des coachs français (respectivement Alain Giresse et Hervé Renard) alors que l’Egypte a opté pour l’école mexicaine (Javier Aguirre Onaindía).

S’il a battu hier soir un coach français (Sébastien Migné), Belmadi affrontera jeudi prochain un autre local, le sympathique sénégalais Aliou Cissé. Un match de quadras (ils sont nés la même année, 1976, le même mois, et presque le même jour, Belmadi étant plus jeune d’un…jour) intéressant sur plusieurs plans. L’enjeu est déjà important. Le vainqueur sera automatiquement qualifié au prochain tour.

Pour le cas algérien, faut-il rappeler que le seul titre africain gagné est l’œuvre d’un coach DZ, le défunt Kermali. C’était il y a 29 ans. Et depuis 1990, sur les 14 éditions africaines suivantes, cinq ont été gagnées par des coachs locaux, dont trois par le même entraîneur, l’égyptien Hassan Shehata. Le dernier de cette liste est le nigérian, Stephen Keshi (décédé le 8 juin 2016). C’était en 2013. L’élu de cette CAN 2019 sera-t-il local ? Rendez-vous le 19 juillet.

@SalimKoudil

9h19#CAN2019 (01) : Le foot n’est plus l’opium du peuple !

Liste des entraîneurs africains pour cette CAN 2019 :

  1. Djamel Belmadi (Algérie)
  2. Aliou Cissé (Sénégal)
  3. Kwesi Appiah (Ghana)
  4. Ibrahim Kamara (Côte d’Ivoire)
  5. Florent Ibenge (RD Congo)
  6. Mohamed Magassouba (Mali)
  7. Baciro Candé (Guinée-Bissau)
  8. Sunday Chidzambwa (Zimbabwe)
  9. Olivier Niyungeko (Burundi)
  10. Emmanuel Amuneke (Tanzanie)
  11. Ricardo Manetti (Namibie)

Les résultats des matchs d’hier, 23 juin:

Groupe D:

Maroc 1-0 Namibie

Groupe C:

Sénégal 2-0 Tanzanie

Algérie 2-0 Kenya