La Route nationale 13 reliant les wilayas de Sidi Bel Abbès et d’Oran est fermée à la circulation, depuis mardi matin, par les habitants de la ferme Ben Torki, située à quelques mètres de la commune de Sidi Brahim. Les habitants de ladite ferme ont utilisé des blocs de pierre et brûlé des pneus pour fermer le tronçon routier en signe de protestation contre le retard de leur relogement, exigeant la présence du wali de Sidi Bel Abbès. Vivant dans une situation déplorable depuis plusieurs années, sans prise en charge de leur cas par les autorités locales, les locataires de la ferme Ben Torki ont décidé de sortir de leur silence et organisé le mouvement de protestation. Ils avaient passé un hiver pénible sous des toits détériorés et vivront une situation pareille cet été et diront ne pas supporter plus longtemps la chaleur suffocante et la présence des moustiques et autres insectes qui dérangent leur sommeil, en plus des reptiles qui, à chaque été, font leur apparition. La fermeture du tronçon routier a contraint les automobilistes à rebrousser chemin et emprunter d’autres routes pour pouvoir arriver à destination et fait retarder de nombreux fonctionnaires et même des candidats au baccalauréat, qui habitent les communes situées sur la Route nationale 13. De leur côté, les habitants du bidonville de la ferme Abdessamad, situé au niveau du quartier Boumelik sur la route de Zerouala à la sortie est de la wilaya de Sidi Bel Abbès, et ceux du bidonville Sidi Amar ont bloqué les routes pour réclamer également leur relogement. Les occupants des bidonvilles disent en avoir marre de la vie indécente qu’ils mènent sous les toits en zinc et la précarité de cet situation qui s’est répercuté sur leur santé.
En hiver comme en été, c’est le martyre qu’ils endurent, indiquent-ils, alors que les responsables locaux continuent à leur faire des promesses sans suite. n