La quatrième édition du Viva Technologie (Viva Tech) de Sanofi, se tiendra du 16 au 18 mai courant à Paris. Cent-soixante-trois start-up venues du monde entier se retrouveront pour célébrer l’innovation, annonce l’opérateur pharmaceutique dans un communiqué, se réjouissant que « pour la deuxième année consécutive, Sanofi a reçu un écho important aux challenges proposés avec plus de 220 start-up candidates en Afrique ». Parmi ces start-up, 10 ont été sectionnées par Sanofi, dont l’algérienne Aquinetic, qui a décroché sa participation à Viva Tech 2019 après avoir répondu au challenge lancé par Sanofi : «Comment accélérer l’identification des patients atteints d’une maladie rare et leur orientation vers des centres d’expertise», précise le géant de l’industrie pharmaceutique. Ainsi Aquinetic «est invité à présenter sa solution devant un jury d’experts et faire la démonstration de ses solutions devant le public de VivaTech à Paris», ajoute la même source. A noter que Aquinetic est une start-up Dsaas (Data science as a services) qui développe des solutions digitales intelligentes et spécialisée dans la numérisation des processus métiers. Le projet soumis consiste en une solution nommée «A-EYE» permettant la visualisation des données de maladies rares, l’objectif de cette solution étant d’accélérer le diagnostic des maladies rares et l’aiguillage. Pour sélectionner les 10 start-up africaines, Sanofi s’est basé sur cinq critères, à savoir « une preuve concrète de résultats positifs dans au moins un pays en Afrique, la maturité du projet, la pertinence de la solution, le potentiel du marché et du business model, les compétences, l’expertise et l’expérience de l’équipe et, enfin, les preuves scientifiques si applicables », explique l’initiateur de VivaTech.