Attendu pour les festivités du 1er Mai, le secrétaire général sortant de l’UGTA était aux abonnés des absents hier à Oran. Sa venue dans la métropole de l’ouest algérien n’a pas eu lieu comme prévu et il n’y a eu de sa part aucune manifestation publique. A l’origine de ce contrecoup, des militants locaux de la Centrale syndicale qui ont fusé que Abdelmadjid Sidi Saïd se déplace dans la ville et sa région alors que « son bilan est contesté » et ses « jours sont comptés », a expliqué un militant de l’union de wilaya. Au siège de cette union, ils étaient d’ailleurs des dizaines à avoir observé un sit-in et à crier des slogans hostiles au secrétaire général sortant. « Sidi Saïd dégage » était le plus scandé par des manifestants qui ont expliqué à la presse que la base de la Centrale à Oran ne veut plus « ni de Sidi Saïd ni de Abdelkader Djettou», responsable à Oran. « Le mandat de Djettou a expiré en 2015 et il est encore là, il doit partir », lancé un protestataire.
«On milite pour la récupération et la reconquête du syndicat », ajoutera un de ses camarades qui a tenu à affirmer que la base « refuse tout congrès extraordinaire organisé par l’actuelle direction » du syndicat. « Nous, on est pour le changement et le changement implique le départ du système en place dont fait partie Sidi Saïd et ses acolytes», poursuivra-t-il. Selon des témoignages de syndicalistes recueillis sur place, Abdelkader Djettou a tout essayé pour empêcher la protestation. Il aurait sollicité le procureur de la République et les services de police qui ont rejeté sa demande parce qu’il s’agit d’un conflit entre militants d’un même syndicat. On n’a pas pu vérifier si le secrétaire général sortant de l’UGTA s’est déplacé ou pas à Oran.
Dans ce contexte, des fonctionnaires de l’APC d’Oran ont saisi l’occasion de la Journée internationale des travailleurs pour demander l’amélioration de leurs conditions de travail. Dans un sit-in devant le siège de la wilaya, ils ont demandé le départ du P/APC, une revalorisation des salaires et un accès transparent et équitable aux logements de fonction.<