Le marathon de Londres s’annonce d’un très haut niveau cette année 2019 avec la présence de pas moins de 13 athlètes ayant couru sous les 2h10 et 7 sous les 2h05. Les spécialistes attendent beaucoup du grand duel entre les « stars » tant attendues Eliud Kipchoge et Mo Farah. Ce qui fait de ce marathon de Londres une édition bien «explosive !».

Invaincu depuis 2013, recordman mondial à Berlin en 2h01’39, champion olympique à Rio en 2016, 7 victoires sur les marathons majeurs, dont 3 à Londres en autant de participations, l’intraitable Eliud Kipchoge a toujours couru sous les
2h05 ! Il est attendu à une confirmation face au chouchou du public londonien Mo-Farah qu’il avait devancé l’an passé de plus de deux minutes en 2h04:17. Kipchoge s’est consacré pleinement au marathon depuis le début d’année 2018, la dernière édition du marathon de Londres était le premier test avec une préparation complète pour la distance. Par contre, Mo-Farah veut lui chiper le «titre londonien», lui, qui, en forme, vient de terminer sa préparation en altitude en Ethiopie. Il a réussi son retour à la compétition cette année en remportant le semi de Londres en 1h01:40 le 10 mars.
Les outsiders
Mais, en plus de ces deux « stars », d’autres athlètes et pas des moindres seront également à Londres. Ils sont six autres coureurs sous les 2h05. A commencer par Shura Kitata Tola 22 ans, un des grands noms en devenir sur le marathon. Il avait terminé second de l’édition 2018, en 2h04:49 plus d’une minute devant Mo Farah. Wilson Kipsang 36 ans, le vétéran du circuit, ses plus belles années semblent être derrière lui. Cependant, il reste un prétendant sérieux. Il s’agit, ni plus ni moins, du numéro 2 mondial ces dernières années après Kipchoge. Kipsang est d’ailleurs le dernier homme à l’avoir battu à Berlin en 2013. Quatre autres coureurs qui gravitent autour des 2h04 seront présents, trois d’entre eux avaient établi leur meilleur chrono au marathon de Dubai en 2018. Leule Gebreselassie (2h04:00) Mosinet Geremew (2h04:02), et Tamirat Tola (2h04:06). Enfin un autre Éthiopien, Mule Wasihun second du marathon de Amsterdam en octobre dernier avec un chrono de 2h04:37.
Kiptum suspendu
Par contre, le Kenyan Abraham Kiptum, qui a battu en octobre à Valence le record mondial du semi en 58:18, a été suspendu de la compétition par l’unité Intégrité de l’athlétisme à la suite d’une violation du passeport biologique de l’athlète (ABP). Il ne participera pas au Virgin Money London Marathon ce dimanche et a quitté Londres. Hugh Brasher, directeur des événements du Virgin Money London Marathon, a déclaré : «Nous avons une politique de tolérance zéro en matière de dopage. Londres fait partie des Abbott World Marathon Majors et nous avons récemment annoncé la mise en place d’un programme de test innovant et complet. Cela montre que le programme fonctionne. Les tricheurs seront pris et il n’y a pas de place pour eux dans la course au marathon.»
Dmes : Vivian Cheruioy
en favorite
Chez les dames, la Kényane Vivian Cheruiyot, championne olympique du 5 000 m en 2016 à Rio, retrouvera sa compatriote Mary Keitany, vainqueur du marathon de New York en novembre, et trois fois victorieuse à Londres. Les deux principales concurrentes sont rejointes dans les rues de la capitale britannique par leurs compatriotes Gladys Cherono, qui a remporté le marathon de Berlin en 2018, et Brigid Kosgei, qui a remporté celui de Chicago l’an dernier. Le trio éthiopien composé de Tirunesh Dibaba, Tadelech Bekele et Roza Dereje, vainqueure du marathon de Dubaï 2018, a également confirmé sa présence à Londres. Ce qui promet.n