Les championnats d’Afrique de badminton devaient débuter, hier, au moment où nous mettions sous presse, à Port Harcourt, au Nigéria. Cent trente (130) joueurs, dont 59 filles, de 18 pays étaient annoncés dans ces joutes continentales qui s’étaleront jusqu’au 28 du mois en cours. Mais au final, ils ne sont que 13 pays présents à Port Harcourt.

Il est utile de noter que cette compétition de la Confédération africaine de badminton (BCA) est un rendez annuel pour évaluer le niveau du badminton dans les pays africains. Elle se déroulera en deux phases. La première est la compétition par équipe mixte (Team Évent) sous la formule de Surdirman Cup et la deuxième est une compétition individuelle individuel Évent) avec les 5 épreuves de badminton à savoir : Simple homme, Simple Femme, Double homme, Double Femme et Double mixte.
Les 13 pays présents dans ces joutes sont divisés en 4 poules de 3 avec un groupe ayant
4 équipes. Les deux premiers de chaque groupe seront qualifiés aux quarts de finale pour les étapes de knock-out. L’Algérie se trouve dans le groupe « C » en compagnie du Ghana, la Côte D’Ivoire et le Togo. L’équipe nationale algérienne est composée de 7 éléments, avec l’objectif de monter sur le podium et décrocher le maximum de médailles. «Notre objectif dans cette compétition consiste à asseoir notre domination et monter sur le podium, aussi bien dans les épreuves individuelles que par équipes», a indiqué l’entraîneur national Mohamed-Idir Mahlous.

Les habitués au rendez-vous
Dans ces championnats d’Afrique de badminton 2019, on note bien la forte participation avec la présence des habitués de la compétition à savoir : L’Afrique du sud, l’Algérie, l’ile Maurice, l’Egypte, le Nigeria et bien attendu à outsider comme le Ghana, le Benin, la Côte d’Ivoire, la RDC et bien d’autre pays qui viendront soit améliorer leur classement ou celui de leur joueur.
D’ailleurs, il est utile de noter également que l’équipe nationale du Bénin composée de 6 joueurs dont 3 femmes en est à sa première participation à l’échelle continentale avec la première génération des badistes. Selon les responsables béninois, l’objectif du Benin à cette compétition est d’obtenir une place de choix afin de revenir au pays avec les honneurs nécessaires.

Faire mieux qu’Alger
D’autre part, la sélection algérienne, encadrée par Fateh Bettahar et l’Espagnol Antonio Marina, se trouve depuis vendredi dernier à pied d’œuvre au Nigeria avec l’effectif suivant : Madal Sabri, Belarbi Mohamed Abderrahim, Adel Hameg, Kosseïla Maameri, Hala Bouksani, Lynda Mazri et Malak Ouchefoun. Selon le programme établi par les organisateurs, les compétions par équipes auront lieu du 22 au 25 avril avant de laisser place aux épreuves individuelles prévues du 26 au 28 avril. Il est à rappeler que la sélection algérienne avait, lors de la précédente édition organisée à Alger, réalisé sa meilleure participation avec notamment une médaille en or par équipes (messieurs) et deux autres en vermeil en individuel (double messieurs et double mixte).

Les groupes :
Groupe A : Égypte, Ouganda, Congo
Groupe B : Maurice, Zambie, Bénin
Groupe C : Algérie, Ghana, Côte D’Ivoire, Togo
Groupe D : Nigéria, Zimbabwe, Afrique du Sud