Des travailleurs de la wilaya d’Oran, affiliés à la centrale syndicale, ont organisé hier un sit-in de protestation devant le siège de l’Union générale des travailleurs algérien (UGTA). Rejoints par des travailleurs du secteur de l’Education et ceux de l’Enseignement supérieur, ils ont scandé des slogans contre le patron de la centrale syndicale Abdelmadjid Sidi Saïd.
«Dégage Sidi Saïd, Oran est plus propre que toi », criaient les manifestants qui disent ne plus « vouloir entendre parler de Sidi Saïd ». Cette manifestation des travailleurs coïncide avec une réunion convoquée par Sidi Saïd avec plusieurs unions de wilaya. « Cette rencontre que tient Sidi Saïd n’est pas innocente et n’est pas dénuée d’arrière-pensées.
C’est une rencontre basée sur des calculs dont l’objectif principal est de freiner la mobilisation des travailleurs aux côtés des manifestations de la rue », ont clamé les manifestants. Les travailleurs qui ont pris part au sit-in ont grandement dénoncé la gestion de Sidi Saïd à la centrale syndical, appelant à son départ. «Nous refusons d’être représentés en tant que travailleurs par Sidi Saïd », ont clamé certains, quand d’autres ont scandé « Dégage Sidi Saïd, on ne veut plus de toi ». Les participants au sit-in n’ont pas ciblé uniquement Sidi Saïd, mais également plusieurs responsables de l’union de wilaya à l’instar d’Abdelkader Djatou, secrétaire de wilaya, les responsables communaux du syndicat ainsi que tous ses soutiens.
« Nous revendiquons le départ de tous ceux qui soutiennent Sidi Saïd et qui gravitent autour de lui et rejetons catégoriquement d’être représentés par eux, tout comme nous exigeons l’émergence de nouvelles têtes pour représenter les travailleurs », ont-ils lancé sur un ton des plus fermes. Les contestataires demandent que « de jeunes et compétents syndicalistes émergent et remplacent Sidi Saïd et son équipe et représenteront les travailleurs en connaissance de cause». Dans le même ordre d’idées, les contestataires ont exprimé leur soutien aux syndicalistes mis à l’écart par Sidi Saïd dans au moins quatre wilayas, Tlemcen, Béjaïa, Tizi Ouzou et Saïda, en raison de leur adhésion aux manifestants contre le « système en place ». Par ailleurs, les manifestants ont exprimé leur soutien total au mouvement de rue et à ses revendications. « Nous demeurons mobilisés auprès de la population et des manifestations locales jusqu’au changement total du régime en place », ont-il indiqué.n