Sur les 5 800 dossiers d’enfants atteints de troubles psychiatriques toutes formes confondues recensés au niveau de service pédopsychiatrique de l’EHS de Oued Aïssi, 40% d’entre eux ont des traits autistiques. Ce qui représente 2000 enfants autistes enregistrés au niveau de cet hôpital.

Une population très importante et une demande de soins crescendo, estime le Dr. Sofiane Zeggane, psychiatre au niveau de l’établissement hospitalier spécialisé en psychiatrie Fernane Hanafi de Oued Aïssi. Ces chiffres ont été communiqués à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de l’autisme qui coïncide au 2 avril de chaque année. Cette maladie, explique-t-il, est un trouble du développement chez l’enfant constaté à partir de 18 mois jusqu’à 2 ans. A cet âge, lorsque l’enfant ne se comporte pas au même titre que les autres et s’isole de la société, les parents doivent impérativement savoir que leur enfant est autiste. Parmi les signes cardinaux, c’est bien l’absence du regard et de pointing qui sont les premiers signes chez l’enfant. Mais aussi lorsque l’enfant est moue et excessivement calme, c’est-à-dire la limite de l’hyperactivité. D’après lui, l’enfant doit avoir des interactions sociales pour s’adapter à son environnement sociétal. Pour cela, il a plaidé pour le dépistage des signes précoces autistiques que ce soit par les parents, les psychologues ou bien au niveau des unités de soins scolaires. « Plus tôt on agit, plus le pronostic est meilleur et favorable pour remédier à cette maladie ». Ainsi, Dr. Zeggane a mis en garde contre les effets des écrans des moyens technologiques, en l’occurrence les tablettes, les portables, les ordinateurs et même la télévision sur la complication de l’autisme chez l’enfant. A cet effet, il a appelé les parents d’éviter à exposer leurs enfants aux écrans avant l’âge de 02 ans. « Pas d’écran avant cet âge pour une simple raison : l’enfant s’adapte au virtuel, ce qui peut l’isoler. Il faut faire attention à leur éviter les écrans avant l’âge de 02 ans», a-t-il dit. Le Dr. Zeggane a indiqué que tous les moyens matériels et humains sont mis en place pour assurer une meilleure prise en charge médicale de ces enfants autistes. A ce titre, il a informé que le service pédopsychiatrie est une structure composée de deux unités pour la prise en charge psychiatrique des enfants (la petite enfance et l’adolescence). Ajouter à cela, une équipe médicale pluridisciplinaire composée de pédopsychiatres, d’orthophonistes, et de psychologues est mobilisée à cet effet. Il a souligné que la prise en charge de ces malades est lente et demande beaucoup de temps. Des diagnostics et des examens ophtalmologiques sont assurés au niveau de leur structure. Ainsi, un guide parental et des auxiliateurs thérapeutiques des membres de familles des enfants malades est assuré à leur niveau. «Nous assurons des ateliers de stimulation selon un programme psycho-éducatif accordés aux enfants hospitalisés », a-t-il précisé. n