En dépit de la réalisation d’un projet sectoriel pour ramener de l’eau de la source de L’ma Labiadh sur les hauteurs de Babor afin alimenter les communes de Babor et Serdj El-Ghoul situées au nord-est de Sétif, la population de cette région déshéritée se plaint toujours de la rareté de l’eau potable. Outre le non raccordement de plusieurs villages relevant de ces municipalités, ce projet qui a été réceptionné depuis deux ans n’arrive toujours pas à satisfaire les besoins de la population en eau potable. Ce projet, dont les travaux de réalisation ont été lancés en 2012, a pour objectif d’alimenter en eau une population de16 000 habitants dans les villes de Babor à Serdj El Ghoul. Les habitants se trouvent privés de ce liquide précieux depuis plusieurs jours suite à une panne au niveau de la localité de Ladjouada a-t-on appris des citoyens. « La canalisation de ce projet a été endommagée par un entrepreneur dans le cadre d’un projet de réhabilitation d’un axe routier. Ce n’est pas la première fois que ce projet tombe en panne. Les différentes pompes installées tombent souvent en panne privant les citoyens de l’eau pendant des semaines, voire des mois », nous dira un citoyen. Selon les dires des citoyens, ce projet d’un débit de 80 litres/seconde qui a coûté à la trésorerie publique près de 40 milliards de centimes s’est avéré défaillant. « Nous ne savons pas le pourquoi de ces pannes à répétition et ce en dépit de la réception de ce projet depuis près de quatre ans seulement. Au moment où nous sommes privés de l’eau depuis plusieurs jours, les responsables de l’Algérienne des eaux nous a envoyé récemment les factures » clamera notre interlocuteur. Les habitants de ces deux communes lancent un appel urgent au responsables concernés de se pencher sérieusement sur ce problème notamment que la saison des grandes chaleurs avance à grand pas. En fin, utile de rappeler que les travaux de ce projet ont été lancés une première fois au début des années 1990, avant d’être arrêtés pour des raisons sécuritaires. n