Une large opération d’entretien de la bande verte longeant l’axe routier Ouargla-Touggourt va être lancée prochainement, a-t-on appris dimanche auprès de la Chambre de l’Agriculture de la wilaya. Une rencontre a regroupé dernièrement plusieurs associations agricoles locales, dont celle de Ain-Moussa rassemblant 560 agriculteurs, afin d’arrêter un programme d’entretien de cette bande, l’un des plus importants projets lancés par la wilaya ces dernières années au vu de son impact attendu, a indiqué à l’APS le président de la Chambre agricole, Okba Choukri Bouziani. Cette bande verte, dont une bonne partie s’est dégradée du fait, entre autres, des aléas naturels et de l’absence d’entretien, est de nature à protéger cet axe routier de l’ensablement, à fixer les dunes de sables et à préserver le patrimoine camelin des accidents de la route, a-t-il expliqué. Ses autres objectifs sont de préserver et d’accroître le patrimoine phoenicicole, de créer des espaces verts et des aires de détente et de repos aux usagers de cette route à fort trafic, en plus d’embellir l’environnement, a-t-il ajouté. Il sera procédé dès la fin de ce mois de mars à des sorties sur le terrain, au recensement des agriculteurs désireux de contribuer à cette action d’entretien, puis au lancement de cette initiative «bénévole» à laquelle chaque agriculteur contribuera avec un don d’une dizaine ou une quinzaine de plants de palmiers afin de remplacer les palmiers dégradés de cette bande verte, selon M.Bouziani. Une fois l’opération de plantation achevée, il sera procédé à la sélection d’une association qui se chargera ensuite de l’entretien de la bande verte, avec possibilité d’engager des contacts avec les autorités locales pour le recrutement de jeunes dans le cadre du dispositif d’insertion professionnelle pour les besoins de cette action, a-t-il poursuivi. Le projet de la bande verte longeant l’axe routier Ouargla-Touggourt, un projet considéré comme un bien Wakf de la direction des affaires religieuses et des Wakfs de la wilaya, a été lancé en 2013 pour un coût de
9 milliards DA. Il a porté sur la plantation de 81.000 oliviers et plus de 20.000 palmiers, et compte 18 forages et 172 bassins d’irrigation, selon les données de la Conservation des forêts de la wilaya.
Il traverse le territoire des communes de Hassi-Benabdallah, Hassi-Messaoud, N’goussa, et El-Hedjira sur des distances allant de 12 à 75 km, et a généré près de 800 emplois saisonniers. Le manque de main d’œuvre qualifiée et la rudesse des conditions climatiques, notamment les fortes chaleurs estivales, ont constitué les principales contraintes entravant le projet et ayant retardé sa réception jusqu’à 2018.