Ils n’ont jamais failli à la tradition, ni à leur réputation d’enfants du peuple, répondant toujours présents à chaque sollicitation. Ils, eux, ce sont les policiers de la wilaya de Ghardaïa, tous grades confondus, qui à l’instar de leurs collègues de toutes les régions du pays ont tendus leurs bras aux infirmiers des centres de transfusion sanguine des daïras de Berriane, de Guerrara, d’El Menéa et bien sûr du chef-lieu de wilaya, Ghardaïa.

Dans un bel élan de solidarité, et suite à une campagne organisée en coordination avec la fédération algérienne des donneurs de sang, par la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) des dizaines de policiers, tous grades confondus, se sont présentés depuis la matinée du mardi au centre de transfusion sanguine (CTS) de l’hôpital Dr Brahim Tirichine de Sidi Abbaz , à Ghardaïa, pour faire don de leur sang. Cette campagne de don du sang, qui au 1er jour déjà a attiré des dizaines de policiers s’est étalé sur trois jours. Considérant l’important effectif de policiers mobilisés à Ghardaïa depuis les regrettables incidents, l’afflux de policiers vers le centre de transfusion sanguine a été très important, ce qui a contraint les responsables à diminuer le flux vers le centre de transfusion sanguine qui a été pris d’assaut par une masse bleue. Ce qui a permis de constituer un appréciable stock de cette substance vitale pour les malades et les accidentés, de plus de 190 poches collectées, dont pas moins de 49 au niveau du seul hôpital Dr Brahim Tirichine de Sidi Abbaz, à Ghardaïa. Il pouvait y en avoir bien davantage si ce n’est que parce que des centaines de policiers ont été remerciés de s’être spontanément présentés mais qu’il était impossible de tous les traiter. Pour rappel, cette campagne est la première du genre sur les trois campagnes organisées chaque année par la DGSN, du 26 et 28 mars, dans le cadre de la journée maghrébine du don du sang, puis celle du mois du 14 juin, lors de la journée mondiale du don du sang, puis celle, célébrée chaque année par l’Algérie comme «journée nationale du don et des donneurs de sang le 25 octobre» et ce en commémoration de la première réunion des donneurs de sang algériens qui correspond aussi à la date de création de la Fédération Algérienne des donneurs de Sang. Ainsi, cette année, cette journée coïncide avec le 42ème anniversaire de la création de la Fédération algérienne des donneurs de sang (FADS), Selon l’officier Djâafar Djaber, le chargé de la cellule de communication de la sûreté de wilaya de Ghardaïa, à travers cette campagne, l’objectif escompté par la tutelle est, selon les termes mêmes de la DGSN que nous paraphrasons, «d’ancrer l’action humanitaire et solidaire dans les rangs des éléments de la Sûreté nationale au profit des catégories qui ont grandement besoin de cette substance vitale, tels les victimes des accidents de la route et des malades hospitalisés», ajoutant que pour les éléments de la Sûreté nationale à travers l’ensemble du territoire nationale, «le don de sang est désormais une tradition qui permet de sauver des vies humaines et de redonner le sourire aux malades». Pour l’anecdote, rappelons que les éléments de la police au niveau de la wilaya de Ghardaïa sont très souvent sollicités pour un don du sang par les hôpitaux de la région et que de tout temps ceux-ci ont répondus présents et certaines fois, tant ils partent très nombreux, beaucoup d’entre eux reviennent sans avoir pu accomplir leur don. C’est dire l’esprit d’humanité qui anime ce corps de sécurité, dont les rangs sont constitués d’enfants du peuple.