Les services de la sûreté de wilaya d’Oran ont traité 160 affaires de cybercriminalité en 2018, selon un bilan des activités présenté jeudi devant la presse. Lors d’une conférence de presse animée par le chef de sûreté de wilaya, le commissaire divisionnaire Abdelmalek Boumesbah, les différentes formes de criminalité ont pris de l’ampleur durant les dernières années avec l’évolution de l’utilisation des technologies de communication électronique et du numérique. Les services compétents de sûreté de la wilaya d’Oran ont solutionné 98 sur les 160 affaires traitées inhérentes à l’escroquerie sur les réseaux sociaux, notamment dans des sites commerciaux où les auteurs utilisent de faux spots publicitaires. Les autres affaires sont liées aux invectives, menaces, diffamations et atteintes à la vie privée, entre autres, ont indiqué des cadres de la police. Concernant le phénomène de disparition, notamment des mineurs, le chef de sûreté de wilaya a souligné qu’»il s’agit dans la plupart des cas de problème d’égarement dans des marchés, ou lors d’occasions de fêtes et autres pour quelques heures seulement.» Néanmoins, il a été relevé que parmi 778 affaires de ce genre, il a été enregistré 276 cas de fugue de mineurs ayant quitté le domicile familial en été et/ou lors des périodes des examens et que la brigade de protection des mineurs a réussi à réintégrer dans leur milieu familial. Le bilan fait état de l’augmentation du nombre de saisies de comprimés psychotropes en 2018 (plus de 39.000 comprimés contre 15.000 en 2017). Les données de la police d’Oran relève aussi une nette baisse des affaires de trafic de kif traité. Trois quintaux ont été saisis en 2018 contre 17 qx en 2017. D’autre part, douze réseaux de passeurs par mer ont été démantelés, 87 candidats à l’émigration clandestine arrêtés, sept zodiacs, huit moteurs et 56 fûts de carburant de 20 litres chacun saisis en 2018. Les services de la sûreté de wilaya ont réussi également à démanteler huit réseaux d’émigration clandestine au mois de janvier dernier. n