La dépouille mortelle d’un jeune chauffeur de taxi clandestin, âgé de 36 ans, a été retrouvée dans la nuit de mardi à mercredi au niveau de la plage de Djenan El-Bey dans la commune de Séraïdi.

Le ou les agresseurs ont poignardé leur victime qui activait en tant que chauffeur de taxi clandestin avant de s’en fuir avec sa voiture. Les agresseurs ont fini par abandonner le véhicule volé, au niveau de la cité Béni M’Hafeur (à 13 kilomètres du lieu du crime), quelques instants après l’agression. L’abandon du véhicule volé semble discréditer la thèse du vol qui aurait mal tourné. Puisque le ou les assassins ont abandonné le véhicule de leur victime dès le moment où ils ont atteint le premier quartier de la commune de Annaba. Cela peut signifier que les auteurs du crime sont les personnes qui étaient en compagnie de la victime. Des personnes qui n’étaient pas véhiculées et qui avaient juste besoin de la voiture de leur victime pour quitter la plage de Djenen El-Bey où aucun moyen de transport n’est disponible la nuit.

La veille de ce meurtre, c’est un autre chauffeur de taxi clandestin qui s’était fait agresser au niveau de Bouhamra. Les agresseurs se sont emparés de la voiture (Picanto) dudit chauffeur après l’avoir poignardé. La victime a tout de suite alerté la police qui a pourchassé les voleurs. Arrivés à Pont Blanc, les agresseurs ont quitté le véhicule volé en courant vers le bidonville de Oued Forcha, où les policiers ont perdu leurs traces.

Depuis quelques jours on assiste à un regain de violence à Annaba, qui tente depuis quelque temps de se débarrasser de la réputation de ville dangereuse qui lui colle à la peau.