Mme Chalabia Mahdjoubi, secrétaire générale du Mouvement pour la jeunesse et la démocratie (MJD), a entamé, samedi à la salle de cinéma M’zab, d’abord la lecture du communiqué de son parti se félicitant de la convocation par le président de la République du corps électoral pour le 18 avril prochain, avant de se lancer dans une diatribe dénonçant «ceux qui cherchent, ad vitam aeternam, à nuire à l’Algérie, notamment à travers le dossier des migrants, notamment Syriens, récemment expulsés par l’Algérie pour avoir essayé de s’introduire frauduleusement dans le pays par les frontières du Sud avec de faux passeports et caché leur appartenance à des groupes terroristes». Elle a rendu un hommage appuyé «à l’Armée qui s’oppose à toute ingérence et toute atteinte à l’intégrité de notre territoire national». S’adressant aux jeunes, elle les à incités à «s’impliquer et faire preuve de volonté de vouloir prendre des responsabilités. Nous avons besoin de notre jeunesse, c’est l’avenir de notre pays !» La recrudescence du phénomène de la «harga» est perçu, par Mme Chalabia Mahdjoubi, comme «non pas un problème de chômage ou de logement, mais comme un sentiment de mal-vie». S’adressant au pouvoir en place, elle réclame une plus grande attention envers cette frange de la population et d’écoute des partis. «L’Algérie a besoin de stabilité et de sécurité pour assurer son développement. Cette stabilité sera concrétisée par un dialogue serein avec tous les partis pour trouver des solutions idoines aux problèmes quotidiens de nos concitoyens. Les élections du 18 avril prochain sont une chance pour asseoir et promouvoir la liberté, le dialogue et la confiance.»