Les pressions répétées que subit l’Algérie sur la question des réfugiés venant, notamment des frontières sud du pays, sont devenues inquiétantes. Il est évident que l’absence de lois sur les réfugiés ne fait que compliquer la position de l’Algérie à l’international.

La frontière entre les exigences humanitaires et les soubassements politiques est souvent ténue. Un vide que des parties utilisent aujourd’hui comme soubassement politique clair pour mettre à l’index l’Algérie dans sa politique migratoire. Il est pour le moins ridicule de vouloir accuser l’Algérie de non-assistance à réfugiés. D’autant plus que les populations des pays concernés ont toujours bénéficié d’une grande solidarité du peuple algérien. Toutefois, il reste particulièrement étonnant que l’Algérie fasse l’objet d’accusations réitérées depuis notamment son refus de mettre en place des camps déshumanisés de réfugiés sur son sol. L’Etat algérien est dans son droit de protéger son territoire des dangers imminents provenant de zones politiquement instables. Il est également évident que l’Algérie refuse d’endosser un problème que la prospère Europe repousse comme la peste. Avec leurs moyens et capacités d’organisation, ces pays riches, on le voit bien, ont le plus grand mal à juguler ce flux migratoire parquant des masses humaines dans des camps aux conditions extrêmes. Les accusations visant l’Etat algérien de vouloir fermer la porte à des familles de réfugiés, venant des pays en guerre ou en instabilité, ne tiennent pas la route. Les frontières sud de l’Algérie pourraient bien constituer un talon d’Achille qu’il faudrait surveiller comme du lait sur le feu. L’attaque de Tiguentourine par des groupes armés, venant justement du Sahel, est toujours dans les mémoires. Il est clair que toute reconduction aux frontières doit impérativement se faire dans des conditions humaines dignes et respectables. Ce que l’Etat algérien avec ses moyens propres s’oblige à respecter. Mais lorsqu’il s’agit de sécurité nationale, l’Etat est en droit de prendre ses responsabilités.