Une excursion en bus en provenance de Tighenif (Mascara), transportant une trentaine de jeunes, a dégénéré, vendredi dernier, en drame au niveau du site naturel touristique d’El Ourit (commune d’Aïn Fezza), abritant les légendaires cascades de Tlemcen dominées par le pittoresque pont ferroviaire Eifel.

Le temps était ensoleillé en dépit du froid qui régnait. Un excursionniste âgé de 18 ans a fait une chute fatale dans l’eau froide, qui plus est vaseuse, du grand lac, connu sous le nom d’«Ezzerga» ; ses amis ont tenté de le sauver, en vain. A priori, le jeune touriste prenait un selfie depuis un rocher et a dû glisser et perdre l’équilibre avant de tomber à la renverse dans l’étang. La thèse de la baignade est écartée du fait de la température basse de l’eau. Alertés en début d’après-midi, les éléments de la Protection civile et ceux de la brigade de la gendarmerie d’Aïn Fezza se sont déplacés en urgence sur les lieux. Les sauveteurs, en l’occurrence les hommes-grenouilles, ont repêché le corps inerte du jeune visiteur mascaréen après d’intenses recherches sous l’eau. Accompagné du chef de groupement territorial de la Gendarmerie nationale et du directeur de wilaya de la Protection civile, le wali de Tlemcen Ali Benyaïche s’est déplacé à El Ourit pour superviser l’opération de repêchage du corps qui aura duré plus de trois heures et conjurer par là-même le « syndrome » Ayache, d’autant que le drame de M’sila, qui avait défrayé la chronique nationale, est encore vivace dans les esprits de tout un chacun. Il a fallu mettre tout le canyon des cascades sous de puissants projecteurs pour éclairer le fond du lac. Le procureur de la République et le médecin légiste étaient également présents sur le site, à l’effet de constater le décès. La victime a été transférée dans une ambulance de la Protection civile à la morgue de l’hôpital de Tlemcen pour les formalités médico-légales d’usage. Une enquête judiciaire a été ouverte par les services de la brigade de la gendarmerie d’Aïn-Fezza pour déterminer les causes et les circonstances de cette noyade tragique. Dans le cadre de l’enquête préliminaire, des excursionnistes ont été convoqués à ladite brigade pour être auditionnés à titre de témoins au sujet de cette affaire. Rappelons dans ce contexte qu’en juillet 2017, un jeune Bel-Abbessien de 19 ans, venu se rafraîchir avec des amis, est mort noyé dans cette « guelta », suite à un plongeon du haut d’un rocher. Dans ce sillage, deux autres jeunes âgés de 17 ans, originaires, l’un de Boudjlida l’autre de Boudghène, avaient péri, il n’y pas longtemps, dans les mêmes circonstances. Cette série noire repose, si besoin est, le problème de la sécurité à deux niveaux, à savoir l’affectation par l’APC d’agents de sécurité sur le site en question et la visite des lieux avec un guide averti envoyé par la commune ou proposé par l’Office du tourisme de Tlemcen. n