Après la consécration de Yennayer, premier jour de l’an berbère, comme fête officielle et nationale, décidée par le président de la République après un long combat identitaire et une revendication sans cesse exprimée, un riche programme a été prévu tout au long de la semaine, plus précisément du 7 au 13 du mois en cours par la direction de la culture de Tizi-Ouzou d’Yennayer 2969, sous le thème « Yennayer : une référence nationale, historique et mémorielle ».

Des expositions sur le patrimoine culturel matériel et immatériel, des expositions des livres en langue amazighe sont prévues en collaboration avec les partenaires, en l’occurrence le Haut-commissariat de l’amazighité (HCA) et les maisons d’éditions. A préciser que le coup d’envoi de ces festivités aura lieu au niveau de la Maison de la culture Mouloud-Mammeri qui sera marqué par le carnaval d’Ayrad. Par la suite, des expositions sur les arts culinaires seront au rendez-vous avec dégustation des plats de Yennayer, et ce, en collaboration avec l’association Cherif Kheddam du village Boumessaoud. Organisé par la direction des services agricoles de la wilaya, un marché d’Yennayer a été prévu du 7 au 11 janvier. Alors que l’Hôtel de ville et la place de l’olivier au centre-ville des Genêts abriteront des expositions des produits agricoles, d’artisanat et des arts culinaires. Il est à souligner que la célébration de Yennayer ne se limitera pas seulement au chef-lieu, mais les populations des localités limitrophes bénéficieront des festivités de cette journée dont l’objectif est de faire sortir les communes de leur léthargie. D’ailleurs, le Centre culturel Matoub-Lounès de Aïn El-Hammam abritera des expositions des arts culinaires durant lesquels les femmes porteurs de projets dans le cadre de différents dispositifs d’aide à la micro-entreprise (Angem, Cnac…) exposeront leur savoir-faire dans la préparation des plats traditionnels, couscous avec toutes ses variétés, aghroum akouran (le pain kabyle), galette…n