L’assainissement juridique et la récupération du foncier industriel non exploité et sa réaffectation au bénéfice des porteurs de projets d’investissements créateurs de richesses et d’emplois a occupé l’essentiel des débats engagés lors de la session ordinaire, mardi dernier, de l’APW.

D’emblée, les élus ont été invités au vote et à l’adoption du budget primitif pour l’exercice de l’année 2019. Un budget que le P/APW qualifie dans son allocution d’ouverture de « dérisoire » puisque qu’il dépasse à peine 189 milliards de dinars. Une cagnotte d’où sont prélevés 1 705 280 314,59 DA pour la section fonctionnement contre 187 333 365,41 DA pour la section équipement qui a bénéficié d’un taux de 16, 24% de prélèvement sur les recettes. Comme pour justifier ce déséquilibre, Youcef Aouchiche, P/APAW, dira que les secteurs qui contribuent à l’amélioration du cadre de vie du citoyen et à dimension sociale ont été privilégiés. « 1,2 milliard pour l’achat de matériel aux personnes aux besoins spécifiques, 9 milliards pour les associations, 9 milliards pour l’éducation. Une subvention de 10 milliards a été allouée aux communes. Un saupoudrage à minima en dit long sur les limites budgétaires de la wilaya qui a besoin de ressources palliatives pour la prise en charge de la demande sociale dans de nombreux domaines, comme le soulignera le P/APW. Des insuffisances qui auraient pu être comblées par la relance de l’investissement industriel productif et créateur de richesse. Un secteur en quasi friche comme le sont la majorité des zones d’activités et industrielles de la wilaya qui sont, présentement, visées par un plan d’assainissement de la situation juridique des terrains affectés et qui sont restés durant de longues années non exploités.
Au total, ce sont 23 hectares de terrain donnés en concession ou en cession et non exploités par leurs attributaires et qui ont été récupérés suite à des démarches judiciaires lancées par la wilaya. « Malgré la récupération de 23 hectares, nous considérons que le taux d’exploitation de ce foncier est inférieur au potentiel susceptible d’être récupéré et réaffecté pour de réels projets », dira le P/APW qui regrette que « la situation de beaucoup de lots reste ambiguë et nécessite une gestion transparente et rationnelle. » Pour sa part, le wali suggère de sortir de l’engrenage du passé pour engager une nouvelle dynamique qui vise à stimuler l’investissement au niveau des communes par la création de micros zones communales. Revenant sur l’opération de récupération du foncier industriel attribué et non exploité, le wali annoncera la mise en place d’une cellule au niveau de son cabinet qui se chargera du suivi des terrains attribués qui peuvent être récupérés dans le cas de non-exploitation par leurs attributaires qui «doivent s’astreindre à la règle du respect des droits et devoirs », estimera le premier magistrat de la wilaya. Il a souscrit à la décision prise par l’APW d’organiser des assises de l’investissement dont les derniers chiffres parlent de 319 projets validés dont 250 dans le secteur de l’industrie, 30 dans le tourisme et 37 dans les services.
Le total des investissements s’élèvent à 97 milliards de dinars et le nombre d’emplois escomptés est de 18 340. n