Le lac de Merdja Sidi Abed, à quelques encablures de la ville de Relizane, constitue une destination privilégiée des citoyens de la région en matière de repos, de fraîcheur et de détente.

Il attire un grand nombre d’amoureux de la nature de différentes wilayas, qui profitent, chacun à sa manière, de la beauté des lieux dans le but de se relaxer et profiter du calme loin des bruits de la ville. Malheureusement, ces derniers temps, il est victime de la négligence malgré les atouts écologiques et naturels dont il dispose. Un lieu de villégiature qui manque cruellement de commodités et d’infrastructures. On ne peut que constater la dégradation de ce lieu naturel à travers l’entassement d’ordures, de bouteilles d’alcool, sacs poubelle, déchets ménagers jetés par les visiteurs et la prolifération d’insectes. C’est déplorable ! Tous les ministres, walis, directeurs locaux de plusieurs secteurs, à savoir le tourisme, l’environnement, l’hydraulique, l’agriculture… qui l’ont visité ont promis qu’il sera un pôle touristique par excellence. Or, jusqu’à présent, ce projet n’a jamais abouti. La préservation du lac n’est pas l’affaire que du Nadif.com ou de l’APC, c’est l’affaire de tout le monde. Les habitants de la région, les visiteurs sont aussi responsables de leurs actes, l’incivisme, outre le manque de sensibilisation et de vulgarisation sur la nécessaire préservation des lieux. Les visiteurs du lac Merdja Sidi Abed, en général, regardent et s’observent, se posent beaucoup de questions, entre autres, sur la pollution qui prend des proportions énormes, comme s’ils n’étaient pas concernés par ce qui arrive au lac ? Où sont les associations locales ? Où sont les campagnes de volontariat de la société civile pour nettoyer le site ?