Lancé en 2013 pour un délai de réalisation contractuel de 39 mois, le projet de transport urbain par télécabine, à Tizi-Ouzou, peine à prendre forme et à sortir de l’état de chantier.

Le groupement d’entreprises algéro-francais POMA, attributaire du marché, a du mal à surmonter les innombrables obstacles qui se sont dressés devant la réalisation de ce moyen de transport qui prend l’allure d’un mirage pour les Tizi-ouziens, à force de voir reculer les échéances pour la finalisation des travaux, sa livraison étant promise d’année en année. Avant l’actuel ministre des Travaux publics, Abdelghani Zaalane, qui a inspecté le chantier au mois de juin 2017, au moins deux ministres du secteur ont eu à se pencher sur le projet et donné des instructions fermes pour sa livraison dans les délais impartis. Des délais qui ne semblent pas avoir été respectés, puisqu’une autre échéance a encore été fixée, avant-hier, lundi, lors d’une visite effectuée sur le chantier, par le wali de Tizi Ouzou en présence de Koraba Mustapha, P-DG de l’entreprise de gestion du Métro d’Alger, qui annoncera que «la livraison d’un premier tronçon du téléphérique de la ville de Tizi-Ouzou se fera au deuxième trimestre 2019». D’une distance de 2,5 kilomètres, reliant la gare de Bouhinoun au siège de la wilaya (CEM Babouche), ce premier tronçon, comportant 4 gares et 65 cabines «permettra le transport de quelque 2 400 passagers par heure et par ligne», a-t-il souligné. Concernant le deuxième tronçon du projet reliant le siège de la wilaya au mausolée de Sidi Belloua, «les travaux se poursuivent avec la mobilisation de quatre (04) entreprises sur le projet que nous espérons livrer vers fin 2019, au plus tard début 2020», a déclaré le P-DG de l’entreprise de gestion du Métro d’Alger. Il soutiendra que «les travaux ont connu des retards, notamment au niveau des emplacements des pilonnes 5 et 18, pour cause procédures d’expropriations et d’indemnisations, récemment assainies ayant retardé sa livraison à fin 2019». Long de 5,5 km avec un total de 28 pylônes, ce téléphérique, qui devrait relier la gare multimodale de Bouhinoun au mausolée de Sidi Belloua, dans le village de Redjaouna, était prévu à la livraison dans sa totalité pour fin 2017. Outre les contraintes de terrain dont les oppositions de riverains, qui ont demandé beaucoup de temps pour être levées, le projet sera confronté à des difficultés opérationnelles au sein du groupement d’entreprises imputées au partenaire initial Bapiva qui a fini par être remplacé par une autre entreprise. Ce projet, le premier au niveau de la wilaya et 13e au niveau national, dont le coût de réalisation est de 8,7 milliards de dinars, comporte deux stations de départ et d’arrivée (Bouhinoun et Redjaouna) ainsi que quatre stations intermédiaires, au niveau de la Nouvelle ville, du stade 1er-Novembre, du siège de la wilaya (CEM Babouche) et de l’hôpital Belloua. Le transport à partir de la gare de Bouhinoune jusqu’à l’hôpital Belloua à Redjaouna sera assuré par le système télécabine, tandis que le reste du tronçon, soit à partir de cet établissement hospitalier jusqu’au mausolée de Sidi Belloua, situé à 750 m d’altitude à Redjaouna, se fera par téléphérique. n