Une grève quasi générale des commerçants a été observée, hier lundi, au niveau du chef-lieu de wilaya de Tipasa pour obliger les responsables à revenir à l’ancien plan de circulation, a-t-on constaté. En début d’après-midi, certains commerçants n’ont pas hésité à occuper la rue, menant vers le siège de la wilaya, pour effectuer leur prière du dohr, ce qui a poussé les agents de police à arrêter la circulation pour éviter des incidents.

Le nouveau plan de circulation mis en route durant la saison estivale et qui a donné de bons résultats, puisqu’il a permis un trafic fluide malgré le rush des visiteurs, est de plus en plus contesté depuis le mois de septembre par de nombreux citoyens. Suite aux doléances des commerçants, le directeur des transports n’a pas hésité à déclarer, récemment, qu’il fera l’objet de révision pour satisfaire tout le monde. Les commerçants considèrent que le plan de circulation actuel est à l’origine de la baisse de leurs activités, puisque les nouvelles règles mises en place ont mis fin aux arrêts et stationnements intempestifs des automobilistes pour s’approvisionner, alors qu’un stationnement alternatif sur certaines voies a été, aussi, mis en place. A l’heure où nous mettions sous presse, le P/APC ainsi que les membres de la commission ont indiqué que la revendication a été transmise au wali qui doit trancher, étant donné que le plan a été réalisé par un bureau d’études d’Alger qui doit apporter les correctifs nécessaires.
Le nouveau plan est axé sur le boulevard du 1er -Novembre, menant d’est en ouest, ainsi que le boulevard parallèle situé le long du siège du groupement de la Gendarmerie nationale menant, dans un sens, vers le siège de la wilaya, en passant par la salle omnisports, la cité des enseignants, organisant la circulation de l’ouest à l’est et, dans l’autre, vers le carrefour du Chenoua. Elaboré sous forme d’un circuit à sens unique qui débute du carrefour, situé à l’entrée est de la commune, jusqu’à la sortie ouest de la ville, c’est-à-dire au niveau du rond-point du complexe touristique de Matarès, le nouveau plan de circulation permet une jonction entre les deux grandes rues via l’artère principale du centre-ville, le boulevard du 1er-Novembre.
La wilaya a pris en charge, sur son propre budget, la réalisation de l’étude des plans de circulation du chef-lieu de wilaya ainsi que celles de quatre autres communes les plus importantes et fréquentées par les automobilistes en vue de fluidifier le trafic routier intra muros, souvent saturé, notamment durant la saison estivale et aux heures de pointe. La mise en route de ce plan avait été précédée par l’installation de 150 nouvelles plaques de signalisation routière pour aider les automobilistes à retrouver aisément leur chemin.
Il faut rappeler que depuis 2015, plusieurs plans de circulation ont été élaborés sans pour autant être efficaces, puisqu’il a fallu les abandonner sitôt la saison estivale close.
En 2017, le plan de circulation de la commune de Tipasa de l’été a été abandonné en septembre pour revenir à l’ancien qui, selon les responsables de l’APC, répond aux besoins de la rentrée scolaire et aux sollicitations des familles qui devaient faire de grands détours pour déposer leurs enfants devant les écoles. Le problème se posait en particulier pour la rue des écoles où se trouvent trois CEM et une école primaire et qui était devenue à sens unique dans le nouveau plan, obligeant les automobilistes à aller jusqu’à la sortie de la ville pour rebrousser chemin, non sans tomber sur des bouchons, surtout le matin.<