Les assassins du magistrat au tribunal de Chlef, El Hanani Mohamed, ont comparu dimanche devant le parquet de Sidi Bel Abbès qui les a écroués, attendant leur jugement pour création d’une association de criminels, homicide volontaire avec préméditation et vol.

Le crime, qui a semé l’émoi parmi les habitants de la ville de Sidi Bel Abbès, a été enfin élucidé et les mis en cause identifiés.
Il s’agit de la conjointe de la victime la dénommée E. S. âgée de 33 ans, troisième femme, la fille E. S., âgée de 18 ans d’un deuxième mariage et son ami L. B. âgé : de 22 ans, un étudiant à l’université de la ville de Blida. Selon le rapport d’autopsie, la victime est décédée des suites des blessures au niveau du cou et à la tête, que les deux auteures ont avoué avoir provoqué à l’aide de ciseaux et d’un marteau. Elles ont par la suite déposé le corps de la victime dans la salle de bain durant des jours, avant de le mettre dans un sachet et le transporter à bord de son véhicule, au cimetière Sidi Bel Abbés et le jeter dans un puits.
Les deux femmes ont tué, dans la nuit du mardi à mercredi, la victime au moment où elle dormait, pour lui voler la somme de 600 millions de centimes qu’elle avait déposés dans son appartement. Elles ont fait appel au jeune étudiant que la fille connaissait à travers Facebook, lui ont donné la somme de 20 millions de centimes et un téléphone portable, afin de les aider à se débarrasser du cadavre. Le complice a passé deux nuits dans un hôtel du centre-ville, pour rester à la disposition des deux meurtrières. La fille de la victime, qui a regretté son geste, n’a pu cacher plus longtemps la vérité sur la disparition de son géniteur et raconte les faits à sa mère. Cette dernière prévient les membres de la famille de la victime qui avisent à leur tour les services de sécurité. La parricide a indiqué aux éléments de la police le puits où avait été jeté le cadavre.<