Le président-directeur général d’Algérie Télécom, Adel Khemane, dans un entretien  accordé à l’APS et diffusé hier, s’est longuement attardé sur l’actualité économique  de l’entreprise qu’il dirige, non sans mettre en filigrane la complexité de combiner mission  de «service public» et rentabilité économique.

L’entreprise continue de se chercher un «business model» en fonction de l’intérêt des abonnés et de la rentabilité économique, a affirmé à ce propos M. Khemane. Pour l’instant, c’est plutôt l’intérêt de l’abonné qui prime, si l’on
retient la récente annonce de Mme Feraoun, ministre de la Poste et des Télécoms, de baisser le prix de l’offre de base d’Algérie Télécom. Elle a annoncé une réduction de 24% du prix de l’offre de base pour
2 Mbps, actuellement de 2 000 DA. Dès janvier 2019, ce prix descendra à 1 600 DA. Avec la précision apportée par M. Khemane que «les débits supérieurs ne seront pas intégrés» à cette baisse, qu’il considère comme un «engagement pour une offre de base accessible au public, sans marge bénéficiaire». S’agissant de l´offre Idoom Fibre, lancée récemment et qui n’a concerné, dans une première phase, que
5 wilayas du pays, il a affirmé que l’ensemble des futurs projets de déploiement d’Algérie Télécom seront en fibre optique et que la concrétisation de ce projet enregistre «un taux d’avancement considérable» au niveau national.
Chantier continu
En parallèle, et depuis janvier dernier, une série de mesures visant à moderniser ses infrastructures a été engagée par Algérie Télécom. «Depuis janvier dernier, AT s’est lancée plusieurs défis, dont l’amélioration de la qualité de service», a-t-il déclaré.
Il s’agit notamment d’augmenter la bande passante internationale, mettre à niveau le backbone national, augmenter la capacité des boucles, assainir le réseau urbain, moderniser les réseaux et diminuer le taux de dérangements. Il a fait savoir que la capacité de transport du backbone national de transmission en NG-DWDM, qui est l’épine dorsale du réseau national de télécommunication d’AT, «est passée de 1,95 Térabit/s à 4,20 Tb/s , ajoutant que la bande passante internationale pourra être extensible à plus de 12 Térabits/s après la mise en service prochaine des projets relatifs au câble sous-marin reliant l’Algérie à l’Espagne et au Medex. D’autre part, le projet de câble sous-marin Alger-Oran-Valence est «quasiment achevé». «La réalisation du système de câbles sous-marins reliant notre pays à l’Espagne (Alger et Oran à Valence), appelé projet Orval/Alval, est quasiment achevée, avec le déploiement de 100% de la partie marine et l’achèvement des trois stations d’atterrissement», a-t-il fait savoir, précisant que «l’achèvement définitif et la mise en service de ce projet, dépendant de la réalisation de travaux de raccordement devant durer quelques semaines, sont tributaires du consentement des autorités espagnoles». Ce système de câbles va renforcer la bande passante internationale de 400 Gigabits/s. Ceci pour l’international. Au niveau local, ce sont plus de 140 000 km de câbles en fibre optique qui ont été déployés. «Le réseau d’Algérie Télécom comporte plusieurs parties dont la dorsale nationale (backbone) en fibre optique, qui a atteint actuellement plus de 140 000 km, en comptabilisant l’ensemble des liaisons de transport réalisées et exploitées par Algérie Télécom (environ 93 000 km, dont 14 000 km depuis janvier 2018)», a indiqué
M. Khemane.
Il a rappelé, au passage, la mise en service, le 14 novembre, de la liaison en fibre optique Adrar-Tindouf, une opération, a-t-il dit, qui permettra «d’accroître la capacité haut débit de l’Internet au profit des citoyens et de contribuer à l’amélioration des prestations de la téléphonie dans la région». Plus globalement, «1 683 communes et localités de plus de 1 000 habitants ont été raccordées au réseau en fibre optique sur une distance totale de plus de 16 230 km», a-t-il relevé, ajoutant que «2 110 annexes communales ont été également raccordées au réseau en fibre optique sur une distance totale de 9 683 km ».
Cure de jouvence
Evidemment, l’autre préoccupation pour Algérie Télécom est l’amélioration de la relation client en apportant des services visant à donner plus de confort aux abonnés, tout en leur proposant des solutions de paiement notamment en ligne «rapides et efficaces».
M. Khemane a souligné que son entreprise a engagé, pour ce faire, «un diagnostic approfondi à tous les niveaux administratif, financier et opérationnel, suivi par des mesures correctives telle que la mise en œuvre d’une organisation fluide, légère, basée sur la réactivité et l’efficacité du traitement des dossiers».
Et pour cause, Algérie Télécom s’est retrouvée avec «un noyau archaïque, alourdi par plusieurs systèmes greffés de manière assez précaire, aboutissant à une situation insoutenable qui impactait largement son chiffre d’affaires, et surtout, qui rendait impossible toute initiative d’assainissement du réseau ou d’amélioration de la qualité du service commercial».
«L’entreprise a changé d’une manière systématique son ancien système par un autre plus moderne, opérationnel, dynamique, évolutif, et qui répond aux nécessités d’une qualité de service à la hauteur des attentes de nos clients», a-t-il dit, ajoutant que «ce projet a mobilisé, 13 mois durant, des effectifs techniques et a été l’occasion de former plus de
7 000 agents commerciaux sur l’utilisation de la nouvelle plateforme de facturation, à travers l’ensemble des wilayas du pays, garantissant la traçabilité des paiements, ainsi que des réclamations notamment».