La Fédération algérienne de football (FAF) a déposé un recours suite à la suspension, à titre provisoire, prononcée par le Jury disciplinaire de la Confédération africaine de football (CAF)

à l’encontre de l’arbitre international algérien Mehdi Abid-Charef, a appris l’APS hier du président de la commission fédérale d’arbitrage (CFA) Mohamed Ghouti. «Nous avons reçu une correspondance de la CAF nous informant de la suspension, à titre provisoire, de l’arbitre Abid-Charef jusqu’à son audition. Nous avons déposé un recours dans les délais. Personnellement, je reste confiant quant à l’aboutissement de notre démarche», a affirmé le président de la CFA. L’arbitre algérien Mehdi Abid Charef a été suspendu provisoirement par le Jury disciplinaire de la CAF pour «mauvaise performance» en finale (aller) de la Ligue des champions d’Afrique disputée le 2 novembre à Alexandrie entre Al-Ahly du Caire et l’ES Tunis (3-1). Abid Charef s’était attiré les foudres de la formation tunisienne en accordant deux penalties aux Egyptiens, jugés «imaginaires» par l’EST, tout en recourant à chaque fois à la VAR (Assistance vidéo à l’arbitrage).
Le club tunisien a qualifié de «mascarade» l’arbitrage de l’Algérien. «La suspension est provisoire et Abid Charef n’a pas été radié. J’ignore encore la date de sa comparution devant la commission de discipline», a ajouté Mohamed Ghouti, précisant qu’Abid Charef est accusé de «corruption». «Je connais Mehdi Abid Charef, c’est une personne propre comme l’eau de roche, ce n’est pas le genre d’arbitre qui peut être soudoyé. J’ai parlé avec lui, il est abattu par tout ce qu’il a enduré récemment. En même temps, il est prêt à aller jusqu’au bout pour se défendre et être blanchi», a conclu Ghouti en confirmant que l’arbitre algérien sera privé du Mondial des clubs 2018 prévu aux Emirats arabes unis (12 – 22 décembre). Outre Abid Charef, le Jury disciplinaire de l’instance continentale a infligé la même sanction à l’arbitre zambien Janny Sikazwe, considéré lui aussi comme l’un des meilleurs en Afrique.