Le changement d’attitude du président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheireddine Zetchi, à propos de la stratégie de la direction technique nationale (DTN), depuis le mois de mai dernier, a eu une première répercussion avec la démission de  M. Rabah Saâdane avant que Boualem Charef ne fasse de même, en déposant officiellement sa démission, hier, de son poste de directeur des équipes nationales.

Contacté par «Reporters» sur les raisons de cette démission, Boualem Charef s’est contenté de répondre simplement que «la situation est telle qu’on est arrivé à une impasse. Le manque de confiance du président en notre travail fait qu’il n’y a plus de perspective».
Il est important de signaler qu’en réalité, le président de la FAF a changé de «stratégie» envers toute le DTN (DEN comprise) depuis le mois de mai dernier.
Genèse du changement de «stratégie» de la FAF
D’aucuns connaissant la tendance du président de la FAF à ne compter que sur la filière espagnole pour redresser le football national. Pourtant, l’«aventure» Alcaraz est encore dans les esprits, mais Zetchi persiste à baser toute la stratégie du football national sur l’expérience espagnole. Le président de la FAF avait d’ailleurs proposé à Charef d’engager des entraîneurs espagnols au sein des petites catégories. Et la réponse de Charef a été toujours constante. Un niet catégorique. Entre-temps, Zetchi s’est également réuni avec le DTN, en catimini, avant de lui faire la même proposition relative à l’engagement des techniciens espagnols au sein des jeunes catégories. Ce qui était considéré par l’actuel DEN comme une simple réflexion du président de la FAF, s’est finalement avéré une obsession qui montre qu’il compte bien aller jusqu’au bout de son idée… Mais, à ce moment-là, les sélections nationales jeunes n’avaient pas encore joué de compétition internationale et il n’était donc pas possible de trouver des justificatifs pour recruter des Espagnols. Il y a un mois, le DTN, Rabah Saâdane et le DEN Charef avaient annoncé qu’ils ont été approchés par le président de la FAF pour intégrer les Espagnols dans la DTN. Nos deux «techniciens» ont refusé une telle proposition. Et c’est alors que le président de la FAF se retrouve à la recherche du moindre faux pas pour intervenir. Sans revenir sur le cas du DTN qui a fait couler beaucoup d’encre, on préfère évoquer les péripéties qu’a vécues le DEN, Boualem Charef dans son travail avec le président de la FAF. Aux dernières nouvelles, les techniciens espagnols choisis par le président de la FAF sont des entraineurs du football en salle !…

L’occasion saisie  par Zetchi
L’élimination des sélections U15 et U17 est tombée à pic et a été saisie au « vol » par Zetchi. C’est ainsi qu’au mois d’août dernier, il a déclaré ne « plus vouloir voir les sélectionneurs de ces deux équipes nationales jeunes ». Ils sont donc limogés. Lors d’une réunion entre le président de la FAF et le DEN, tenue vers la fin du mois d’août dernier, Zetchi a demandé à Charef de limoger les deux sélectionneurs nationaux des U17, Sofiane Boudjella, et des U15, Aït Mohamed. Ce que le DEN a bien évidement refusé, jugeant leur travail conforme aux normes et à son projet. Or, entre ce qu’il fait dans la pratique et ce qu’il déclare, on remarque parfaitement les contradictions du premier responsable de l’instance fédérale algérienne du football. La preuve : questionné sur les sélections jeunes lors de son passage, quatre jours auparavant, à la Radio nationale, le patron de la FAF s’est dit «satisfait du travail réalisé par la direction technique nationale que préside Rabah Saâdane malgré l’élimination des sélections des moins de 17 et 20 ans des éliminatoires de coupes d’Afrique des nations des deux catégories. Aujourd’hui, on peut dire désormais que nous disposons d’une solide direction technique composée de techniciens avérés. Les fruits du travail qu’ils sont en train de réaliser vont être cueillis à moyen et à long termes». Mais, le limogeage des deux sélectionneurs des jeunes catégories montre bien qu’il répond à cet objectif préalablement voulu par le président de la FAF, qui a saisi le prétexte des mauvais résultats techniques des sélections des jeunes catégories. Mieux encore, lors de ses interventions après sa démission de la DTN, Rabah Saâdane a confié qu’«après l’élimination de l’EN U17 de la CAN, il y a eu une mésentente entre le DEN, Boualem Charef, et le président de la FAF. On a reproché à Charef cette élimination, alors que deux mois auparavant, on avait insisté, au bureau fédéral, pour ne parler que d’objectifs à moyen et long termes». «En toute modestie, je suis intervenu pour le maintien de Charef à la DEN, car on voulait le pousser vers la porte de sortie. Pourquoi éliminer un cadre algérien pour recruter deux Espagnols?», s’est demandé Saâdane. Et puis, quarante jours plus tard, Boualem Charef décide de démissionner à son tour de son poste de DEN, car ayant très bien compris qu’il ne pourrait plus appliquer la stratégie définie auparavant devant les embûches du président de la FAF et surtout son manque de confiance envers des techniciens algériens que lui-même avait choisis. Après  Djamel Menad, l’ex-entraîneur adjoint des Verts,  le directeur technique national (DTN), Rabah Saâdane, qui ont tiré à boulets rouges sur Kheïreddine Zetchi, c’est au tour de Boualem Charef de suivre le même chemin. A qui le tour ?n