En concédant une deuxième défaite consécutive face au Ghana puis devant le Cameroun, la sélection algérienne de football dames est éliminée dès le premier tour de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations qui se déroule actuellement au Ghana.

Après une première et courte défaite face au pays organisateur le Ghana, la sélection algérienne, drivée par Radia Fertoul, s’est lourdement inclinée face à son homologue camerounaise 3 à 0, mardi à Accra en match comptant pour la 2e journée du groupe A. Cette deuxième défaite a donc scellé prématurément le destin des joueuses algériennes dans cette compétition continentale, à une journée de la fin du tour préliminaire. En effet, les Algériennes qui ne comptent aucun point auront désormais besoin d’un miracle pour espérer se qualifier en demi-finales. Non seulement elles doivent battre, demain vendredi lors de la 3e et dernière journée, le Mali (3 points) par 2 buts à 0, mais elles doivent aussi espérer, en même temps, une défaite peu probable des Ghanéennes (3 points) face aux Lionnes indomptables du Cameroun (6 points). C’est dire que l’aventure des Algériennes est bien finie dans cette compétition continentale, où elles ont bien constaté qu’elles sont encore loin du niveau africain. D’ailleurs, à l’issue de la lourde défaite face aux Camerounaises, la sélectionneuse algérienne de l’équipe nationale de football dames, Radia Fertoul, a reconnu la «supériorité» et l’«expérience» du Cameroun. «Je tiens à féliciter les Camerounaises. Elles sont beaucoup plus expérimentées que nous et ont des joueuses qui ont joué dans presque tous les matchs de l’équipe nationale pour arriver où elles en sont aujourd’hui. Elles étaient finalistes lors des deux dernières éditions et ont disputé la Coupe du monde. Elles ont donc beaucoup d’expérience dans leur équipe, contrairement à nous qui sommes jeunes», a déclaré Fertoul. La sélectionneuse algérienne tente de justifier cette défaite : «Nous avons perdu notre joueuse-clé trois semaines avant le tournoi (Naïma Bouhani, Ndlr). L’équipe avait été construite autour d’elle, ce qui a affecté notre stratégie, mais je n’ai rien à reprocher à mes joueuses. Il nous reste un match à jouer vendredi contre le Mali. Nous verrons comment nous pourrons nous organiser pour éviter une troisième défaite d’affilée.» Bien que la sélectionneuse algérienne reste «confiante pour l’avenir du football féminin algérien dans la perspective d’aligner une équipe très compétitive au cours des prochaines années», il va falloir changer de stratégie. Car, à titre d’exemple, il ne faut jamais baser la stratégie d’une équipe sur une «individualité» d’autant que le football est bel et bien un sport collectif. La compétition se poursuit donc et c’est ainsi que dans l’autre match du groupe A, le Mali a créé la surprise en s’imposant face au pays organisateur (2-1), se rachetant de fort belle manière après la défaite subie d’entrée face au Cameroun sur le même score. A noter enfin que les deux premiers du groupe se qualifieront pour les demi-finales, prévues le 27 novembre, et les trois premiers du tournoi représenteront l’Afrique au Mondial-2019 en France.