Les statistiques nationales obtenues par la Protection civile durant les huit premiers mois de l’année 2018 font ressortir plus de 1 200 interventions pour personnes incommodées ou intoxiquées par le monoxyde de carbone, dont 89 sont malheureusement décédées, a-t-on appris de l’officier chargé de la communication et des relations publiques auprès de la direction de la Protection civile de la wilaya de Tamanrasset, le lieutenant El hachemi Guendouz.

Les chiffres étaient encore plus préoccupants en 2017, où l’on avait enregistré 134 décès et 2 978 opérations de sauvetage. Le bilan de la wilaya de Tamanrasset, qui n’a bénéficié du raccordement au réseau de gaz naturel que récemment, est certes insignifiant eu égard aux statistiques faisant état de 12 interventions et de 5 cas d’intoxication au gaz brûlé durant les cinq dernières années, mais requiert plus de sensibilisation et de vulgarisation pour limiter les risques d’intoxication et prévenir contre ce « tueur silencieux». D’où l’importance de la campagne menée, récemment, par les services de la DPC de Tamanrasset à la placette du 1er-Novembre où ont été dressés plusieurs stands et organisées des simulations au profit du public qui s’est imprégné des méthodes d’intervention et des premiers gestes qui sauvent. Le choix de la période n’est nullement fortuit pour l’organisation de cette campagne, a tenu à faire remarquer M. Guendouz, en précisant qu’avec le temps glacial caractérisant cette région en hiver, il est légitime d’augmenter le chauffage. « Le risque d’intoxication au gaz résultant d’une mauvaise combustion qui se dégage des appareils de chauffage est donc plus élevé à cette période, sachant que la majorité des décès déplorés sont dus au non-respect des règles de sécurité liées à l’installation ou à l’utilisation de ces appareils sensibles, mais surtout au manque de ventilation, à la non-conformité des installations intérieures et à l’utilisation des équipements vétustes », indique notre interlocuteur. Les stands animés par les pompiers, en collaboration avec des techniciens de la direction de la société de distribution du gaz et d’électricité de la wilaya, a drainé peu de monde, mais cela n’a pas dissuadé les pompiers mobilisés d’aller jusqu’au bout de leur objectif visant l’instauration d’une culture de prévention contre ce « mortel inodore» qui épargne rarement l’ignorance, l’incompétence et l’irresponsabilité humaine. n