Le paisible quartier du 5-juillet a vécu un horrible drame, tard dans la soirée de samedi passé. Ladite cité, érigée dans les années 80 essentiellement pour les enseignants universitaires, n’a jamais été sous les feux de la rampe, sauf en ce funeste samedi du mois de novembre.

Des riverains inquiets des bruits et des cris suspects qui se dégageaient de l’immeuble A1, à l’entrée de la cité, ont joint la police pour faire part de leurs préoccupations. Sitôt arrivés sur les lieux, la police a fait une découverte des plus macabres. En effet, juste avant les appels des voisins, un jeune homme, âgé d’une trentaine d’années, venait de procéder à l’irrémédiable. Il a sauvagement agressé sa mère, puis l’a poignardée de multiples coups de couteau. La malheureuse victime, qui gisait dans son sang, était âgée de 67 ans. Le constat a été vite établi par la police et la Protection civile. Ce forfait n’a pas été une surprise du fait que l’agresseur a, à de multiples reprises, fait état de menaces, suivies d’actes d’agression sur ses parents. La police découvrira, après la constatation du crime, que l’assassin présumé avait essayé, dans l’après-midi de ce même samedi, d’assassiner son père. Il devait se rendre avec lui, en voiture, à Chelghoum Laïd, wilaya de Mila, à 50 km de Constantine. Pour des raisons que l’on ignore pour le moment et que l’enquête ne manquera pas de démontrer, le jeune homme s’en serait pris à son père, l’agressant sauvagement en le lardant de plusieurs coups de couteau, avant de l’abandonner, sur le bord de l’autoroute, le croyant sans doute mort. Il retournera tranquillement au domicile parental pour achever sa mère.

L’infortuné père a été découvert par hasard et a été évacué au service des urgences du CHU Benbadis dans un état préoccupant. Néanmoins, et selon des médecins du CHU de Constantine, son pronostic vital ne serait pas engagé. Les voisins des victimes et de leur bourreau ont confirmé ce que l’on devinait, à savoir que le jeune homme souffrait de troubles mentaux et psychiques qui l’ont conduit à séjourner à de multiples reprises les onze dernières années, dans un hôpital spécialisé. Confondu, il sera arrêté calmement sur les lieux de son crime.
H.