Les résultats des élections au sein du FLN pour le renouvellement partiel du Conseil de la Nation (Sénat) ont donné, mardi dernier,  pour gagnant Benaïssa Sera Cheraka, membre influent de l’APW. Le scrutin s’est déroulé à la salle « Mascara »

du Sheraton devant un imposant parterre de militants et de sympathisants du parti dans des conditions pour le moins polémiques et contestées par certains, qui ont vu dans le plébiscite de M. Cheraka en tant que sénateur FLN d’Oran une opération où ce sont les jeux d’influence et d’argent qui ont joué contre la légitimité politique. Il n’en demeure pas moins que parmi les personnes qui ont soutenu cette thèse aucune d’elles n’était en mesure de dire comment ces jeux se sont produits concrètement. Quoi qu’il en soit, le nouveau sénateur a obtenu 254 voix alors que son rival immédiat, le professeur Mohamed Boubekeur, président de l’APW,  n’a obtenu que 150 voix. Les élus Bachir Bouchama et Abed Fatima n’ont récolté que quelques voix. « Trois  à quatre voix pour chacun », nous dira un militant. L’opération de vote  a commencé aux alentours de 16 heures au lieu de 14 heures comme annoncé et s’est terminée vers 22 heures . Elle a été supervisée par un membre du bureau politique du FLN, Mustapha Rehiel, en présence de quelque 350 électeurs, parmi eux, des chefs de kasma. Elle a été émaillée d’incidents puisque de nombreux militants et partisans des deux principaux candidats  se sont rués sur les urnes pour s’en emparer. Des observateurs ont même signalé la présence d’« éléments étrangers » au scrutin et qui ont essayé de perturber son déroulement.  Des personnes ont, en effet, été évacuées de force de la salle dans un brouhaha et une cacophonie rarement vus au Sheraton. Après qu’un appel au calme et à la discipline a été lancé, l’opération de vote a repris jusqu’au dépouillement