L’Algérie et la Chine ont signé jeudi à Alger un accord de coopération économique et technique sur l’octroi d’un don chinois au gouvernement algérien d’une valeur de 25 millions d’euros. Ce don est destiné au financement de projets dans le cadre de la coopération entre les deux pays, des projets qui restent à convenir ultérieurement.

L’accord en question a été signé jeudi par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Nourredine Ayadi côté algérien, et l’ambassadeur de Chine en Algérie, Yang Guangyu pour la partie chinoise. Les relations entre l’Algérie et la Chine restent très denses.
La signature de cet accord, sur proposition de la partie chinoise, s’inscrit dans le cadre de la coopération économique et technique algéro-chinoise et de la consolidation des liens d’amitié et de solidarité historiques entre les deux pays. Ceux-ci ont célébré cette année le 60e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques. Le lien n’a fait que se raffermir notamment depuis la décision commune de rehausser les relations de coopération stratégiques entre les deux pays à un «partenariat stratégique global». L’Algérie et la Chine entretiennent de forts liens de collaboration sur des plans divers.
Des accords similaires ont été signés ces dernières années entre les
deux pays dans le cadre du financement de plusieurs projets dont
«l’amélioration des terres agricoles salines en Algérie » et du « Palais culturel et de loisirs pour les jeunes». En parallèle l’Algérie et la Chine ont décidé de convenir un nouveau plan quinquennal économique commun pour les années 2019 à 2023. Les deux parties ont également convenu de faire un bilan du plan 2014-2018 qui s’achève. Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays s’élevait à 8 milliards de dollars depuis presque 5 ans avec un important investissement chinois en Algérie s’élevant à 2,6 milliards de dollars, essentiellement dans les domaines pétrolier et gazier. La dynamique économique entre les deux pays ne fait que se renforcer, en particulier depuis 2013, année où la Chine est devenue le premier fournisseur de l’Algérie. Et les chiffres sont éloquents. Au cours des 8 premiers mois de 2017, la Chine a ainsi conservé sa position de premier partenaire commercial de l’Algérie avec près de 6 milliards de dollars d’exportations vers l’Algérie (19,4% des importations algériennes) précédant désormais de très loin la France avec ses 2,8 milliards de dollars (9%). En 2016, Pékin, en gardant la même position, avait fourni 18% (8,4 milliards de dollars) des importations de l’Algérie, selon les chiffres officiels des Douanes algériennes cités par la presse.
Il est un fait que les entreprises chinoises restent les premières bénéficiaires des programmes d’investissements publics lancés par le gouvernement algérien. Des autoroutes aux aéroports jusqu’aux programmes de logements publics en passant par le chantier de la grande Mosquée, les entreprises chinoises sont bien présentes. Une situation qui ne fait que confirmer la qualité de cette relation.